Vente du site de l’entreprise Jovalco; plusieurs équipements quittent le Pontiac

0
203

François Carrier
Initiative de journalisme local

Des convois importants ont déménagé l’équipement qui était toujours situé sur le site de ce qui a déjà été Jovalco, ont quitté le Pontiac dans les dernières semaines. La Scierie St-Michel, qui opère une bonne partie de ses activités du côté de St-Michel-des-Saints, situé au nord de la région de Lanaudière, n’avait pas l’intention d’ouvrir une scierie sur le site, contrairement à ce que souhaitait la préfète Jane Toller. Mme Toller avait déclaré en mars dernier à la radio CHIP 101.9 FM, que le site de Jovalco serait opérationnel à nouveau sous peu et que plusieurs emplois devraient être créés par cette réouverture, comme c’est le cas à Rapides-des-Joachims.

Produit Forestier Jovalco, situé au 2460 148 Rte, Litchfield a fait officiellement l’objet d’une transaction et selon des travailleurs qui ont aidé au déménagement, il ne resterait plus grand-chose sur les lieux. « Ce qui reste principalement, ce sont des murs et des bâtiments presque vides », a confié celui-ci au Journal.

Prix de vente : 1 000 000 $

Selon l’Acte de vente, cette transaction a été faite pour le prix d’un million de dollars (1 000 000$). L’entreprise de la Scierie St-Michel, représenté par Jean-François Champoux, est donc devenue propriétaire des biens vendus à compter du 9 juin dernier, avec possession et occupation immédiates. La présente vente comprend, sans exception, tous les biens meubles contenus dans ou sur l’immeuble, lesquels sont cédés à l’acheteur sans  contrepartie. Ce qui a permis au nouveau propriétaire de déménager peu après la possession du site situé à Litchfield, l’équipement. L’Acte de vente de Jovalco indique aussi que tous les impôts fonciers et les droits de mutation échus ont été payés sans subrogation jusqu’à ce jour.

La préfète de la MRC Pontiac, Jane Toller, dit garder espoir et a confié au Journal être toujours aussi confiante, malgré tout. Elle ajoute : « J’ai repris des pourparlers et  l’entreprise avec qui je suis en communication ai toujours intéressée. Il espère pouvoir utiliser les bâtiments qui n’ont pas été démantelés ».

En effet, en janvier dernier, après l’annonce officielle de la réouverture de la Commonwealth Plywood à Rapides-des-Joachims, Mme Toller avait affirmé que la prochaine entreprise de l’industrie forestière qui devait réouvrir dans le Pontiac était Jovalco. La préfète et d’autres intervenants de la scène économique ayant faisant l’impasse pour le moment sur le projet Énergie Davidson, sur lequel Jane Toller s’est prononcée en mentionnant que le représentant de cette entreprise, Bruno St-Cyr, avait besoin « de travailler davantage sur son plan d’affaires ». Selon Mme Toller, on devrait savoir d’ici la semaine prochaine, si le site de Jovalco pouvait avoir, un nouvel acheteur, vraisemblablement dans le domaine de la fabrication de palette.