VED : Approbation de la proposition de plan d’activités

0
97

Bonnie James
Initiative de journalisme local

MRC DE PONTIAC – Une réunion spéciale du Conseil des maires de la MRC de Pontiac a eu lieu au siège social de la MRC à Litchfield, le 25 octobre, pour voter sur la proposition de plan d’affaires de Deloitte pour le projet valorisation énergétique des déchets (VED).

La réunion a commencé par une période de questions publiques. Remo Pasteris, de Bristol, s’est dit préoccupé par l’impact et la responsabilité environnementaux, citant le recours collectif contre la BFC Valcartier au sujet de l’eau potable contaminée et les préoccupations concernant la fonderie Horne de Rouyn Noranda comme exemples ; « Je m’inquiète non seulement pour ma santé, mais aussi pour l’impact financier de cette proposition. » Il demande si la responsabilité est prise en compte et quand une évaluation environnementale sera effectuée.

La préfète de la MRC, Jane Toller, a déclaré que le projet en est encore aux premières étapes et qu’une étude commerciale, qui sera rendue publique une fois terminée, examinera les aspects financiers et trouvera la technologie la plus propre. Une évaluation environnementale suivra et tous les résidents de Pontiac seront invités à y participer. Elle a également promis de donner suite aux préoccupations de M. Pasteris en matière de responsabilité.

Christine Anderson, de Thorne, a demandé si la MRC « mettait la charrue avant les bœufs » en investissant 120 000 $ dans un plan d’affaires sans engagement d’Ottawa, de Gatineau et d’autres municipalités pour fournir les déchets supplémentaires nécessaires à l’alimentation de l’incinérateur.

Mme Toller a expliqué que d’autres municipalités ne pouvaient pas être approchées sans l’information qui doit être fournie par le plan d’affaires. « Nous n’avons pas fait toutes nos recherches. Avant de pouvoir les inviter dans nos installations, nous devons savoir ce que cela va coûter… nous ne pouvons vraiment rien faire tant que nous n’avons pas obtenu ces informations nécessaires ».

Mme Anderson a demandé s’il est vrai qu’un site d’enfouissement sera toujours nécessaire si un incinérateur est construit. Mme Toller a admis qu’un site d’enfouissement plus petit est nécessaire pour une partie des cendres produites par un incinérateur, mais qu’une partie des cendres pourrait également être utilisée pour produire du béton et de l’asphalte.

Mme Anderson a noté que le soutien du public à l’incinérateur ne fait pas l’unanimité, avec une pétition en ligne recueillant près de 500 signatures dans l’opposition : https://www.change.org/p/stop-the-pontiac-incinerator. Mme Toller a déclaré que la pétition ne reflète pas les incinérateurs VED modernes et dépeint un style ancien des années 1950.

Temps de voter
Lorsque la proposition de Deloitte a été inscrite à l’ordre du jour, le maire de Bryson, Alain Gagnon, a présenté une motion pour une discussion à huis clos avant le vote. Aucune explication n’a été donnée et au moins deux maires ont voté contre la discussion à huis clos. Les séances à huis clos sont utilisées pour discuter de questions délicates et ne sont pas ouvertes au public ou aux médias, qui ont été invités à partir. La discussion a duré près d’une heure avant que le public et les médias ne soient invités à revenir.

Une fois la réunion publique reprise, plusieurs maires ont pris la parole avant le vote : « Il y a beaucoup de si et ce plan d’affaires répondra à ces questions afin que nous puissions prendre des décisions basées sur les données plutôt que sur la spéculation. Nous aurons des réponses », a déclaré le maire de L’Isle-aux-Allumettes, Corey Spense, qui a encouragé les maires à « voter au nom de la MRC selon notre devoir de maires, et non sur ce que nous pensons être bon pour chacune de nos municipalités ».

Le maire de Chichester, Donald Gagnon, a répondu : « L’argent dépensé à la MRC touche toutes les municipalités. » La mairesse de Litchfield, Colleen Larivière, s’est également prononcée dans l’opposition : « Je ne suis pas du tout d’accord avec le fait que 100 000 $ soient prélevés sur l’excédent. Il y a d’autres avenues. »

La mairesse de Portage-du-Fort, Lynne Cameron, a exprimé son appui à la proposition : « Nous devons commencer quelque part, et je pense que c’est aujourd’hui. » Plusieurs autres maires ont convenu de la nécessité d’aller de l’avant.

La résolution a été adoptée avec 12 maires en faveur de la proposition de Deloitte, et six contre : Ed Walsh (Clarendon), Donald Gagnon (Chichester), Brent Orr (Bristol), Terry Lafleur (Otter Lake), Colleen Larivière (Litchfield) et Odette Godin (Waltham).