Une plainte

0
197

J’aimerais me plaindre* – imaginez cela – du temps qu’il fait. Au cours de l’hiver dernier, nous avons été avertis de tempêtes énormes, qui se sont souvent révélées être de petites bourrasques de neige ; c’est assez gênant, mais c’est loin d’être les blizzards qui font trembler le monde, prédits par les météorologues. C’est comme si nous étions garés du côté chanceux de la rivière, alors que les chutes de neige de cette année se sont accrochées à la rive sud et se sont déversées en masse sur Ottawa.

Mais la plainte que je souhaite formuler concerne la nature de la neige que nous avons reçue. Dans les cours de sciences de l’école primaire, on nous a dit que chaque flocon de neige est unique dans sa structure. Je ne suis pas d’accord – j’ai la certitude que nous recevons des flocons en double, laissés par les tempêtes de neige de l’autre côté de la rivière. En déneigeant mon allée à la main, j’ai cassé une pelle qui avait réussi à déplacer des montagnes de neige pendant plus de vingt ans. De tous les flocons de neige uniques que j’ai déplacés et empilés au cours de cette période, je me suis fatigué le dos, mais pas cette pelle fiable. Ma conclusion indubitable est que ma vénérable pelle antique a été victime des flocons de neige en double qui se tassent en glace,
contrecarrant mes efforts pour les déplacer rapidement et efficacement, jusqu’à ce que le dégel printanier les rende à nouveau liquides.

J’aimerais savoir ce que nos météorologues et nos élus ont l’intention de faire face à ce problème qui menace notre industrie touristique et blesse les vieux outils comme moi ?

*satire

Robert Wills
Thorne et Shawville