Une piscine ? oui mais…

0
17

En réponse aux nombreux articles publiés récemment par notre préfète, je ne peux m’empêcher de dénoncer les absurdités qui y sont rapportées, et ce, au risque de me faire des ennemis.

En réponse aux nombreux articles publiés récemment par notre préfète, je ne peux m’empêcher de dénoncer les absurdités qui y sont rapportées, et ce, au risque de me faire des ennemis.
Tout d’abord, le centre du Pontiac est bel et bien Campbell’s Bay et non Fort-Coulonge, non pas par son poids démographique, mais bien par son emplacement géographique à l’intérieur du territoire de la MRC. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la majorité des ministères et organismes publiques s’y sont installés au fil des ans, dont le siège de la MRC (Selon l’Étude de regroupement municipal pour la MRC de Pontiac publiée en janvier 2013, Campbell’s Bay est le principal pôle de services avec un total de 13 municipalités dont la population s’y déplace pour obtenir un service).  De plus, selon le Plan d’affaires pour la construction d’une piscine à Campbell’s Bay produit en 2010 par la firme Raymond Chabot Grant Thornton pour le compte de la MRC, Campbell’s Bay avait été retenu en raison de son emplacement qui permettait de desservir la plus grande partie de la population Pontissoise à l’intérieur d’une distance qui n’excède pas
50 kilomètres; le site retenu  dans l’étude permet de rejoindre plus de 70% de la population totale à l’intérieur d’un rayon de 25 km.
Autre révélation troublante, lorsqu’il est mention qu’en juin 2017 les maires de la MRC appuyaient le projet d’un centre aquatique dans le Pontiac, je ne crois sincèrement pas que tous étaient d’accord sur l’emplacement proposé dans les articles. Je pense plutôt que ces derniers acceptaient de remettre le
projet sur les rails.
Lorsqu’il est mentionné que le projet sera entièrement financé par des subventions des gouvernements provincial et fédéral ainsi que par des dons corporatifs, il ne faut pas oublier que les subventions ne couvrent jamais l’entièreté des coûts, ne sont pas toujours accessibles et ne sont pas nécessairement récurrentes. Pour ce qui est des dons corporatifs, là encore un peu le même scénario; et quelles sont c’est « grosses compagnies », que je questionne, pour avoir été bernés plusieurs fois par le passé…
Également, en ce qui à trait au fait que la Municipalité de Fort-Coulonge soit une des plus pauvres de la MRC, je me questionne sur l’équité par rapport aux autres municipalités qui sont tout aussi pauvres et qui ne bénéficieront possiblement très peu sinon du tout de cette infrastructure. Est-ce que le rôle de la MRC est de subventionner indirectement une municipalité qui éprouve des difficultés en y installant une infrastructure régionale au détriment de son accessibilité, ou est-ce qu’il y aurait d’autres bénéfices sous ce projet qui m’échappent? J’espère que les gens qui sont derrière ce projet dans sa forme actuelle réalisent que tôt ou tard, nous finirons tous par payer pour cette infrastructure, tout comme pour les arénas et les attraits touristiques majeurs.
Enfin, lorsqu’on fait référence à la région de la Minganie, il s’agit ici d’une MRC ne comptant que 8 municipalités et un TNO et le centre aquatique en question est situé à Havre-Saint-Pierre, chef-lieu de la MRC, tout comme Campbell’s Bay. Cette municipalité est également géographiquement centrale et compte plus de 68% de la population totale (contre 26% pour le projet proposé), soit 3 451 sur 5 041 (si nous excluons l’Île-d’Anticosti). Pour ce qui est de Campbell’s Bay comme emplacement, nous parlons d’un total de 10 422 sur 13 987 à l’intérieur d’un rayon de 25 km, soit 74,5% de la population totale.
Je suis entièrement d’accord avec le fondement de ces allégations; nous avons besoin de projets structurants, dont des infrastructures de qualité, pour attirer les gens à venir s’établir dans le Pontiac et le projet d’un centre
aquatique est très louable. Cependant, je suis très déçu du manque de transparence et d’équité dans le traitement de ce dossier et je déplore
vivement le peu d’estime portée à l’égard de l’intelligence des gens du Pontiac.

Jean-Pierre Landry
CAMPBELL’S BAY