Une famille ukrainienne commence une nouvelle vie

0
3

La famille Dobrovolskiiy.

Maryam Amini

OUTAOUAIS – Une famille ukrainienne, qui était initialement hébergée par la famille Cameron dans le Pontiac, a maintenant déménagé à Gatineau. Yuliia et Serhii Dobrovolskiiy, ainsi que leur fils Serhii Jr. et leur fille Kseniia, habitaient la ville ukrainienne de Kharkiv. Ils s’installent peu à peu, malgré les difficultés qu’ils rencontrent pour commencer leur nouvelle vie au Canada.

Le 24 février, la jeune famille était en voyage au Sri Lanka lorsque la Russie a attaqué leur maison et détruit la vie qu’ils avaient construite. Ils ont contacté le Haut-commissariat du Canada au Sri Lanka et, plusieurs semaines plus tard, se sont envolés pour le Canada après avoir été invités par Amy et Jeremy Cameron, des résidents de Pontiac.

Les Cameron s’étaient inscrits pour accueillir des Ukrainiens cherchant refuge sur le site Web IcanHELP.host. Après plusieurs conversations, les Cameron ont décidé d’accueillir les Dobrovolskiiys chez eux et ont fourni à la famille soudainement sans abri de la nourriture, des vêtements, etc.

Serhii Jr. est le seul anglophone de cette famille de quatre personnes. Il a confié au Journal que la famille a apprécié son séjour dans le Pontiac et que ses hôtes ont été très gentils avec elle.

« Nous sommes toujours en contact avec nos amis du Pontiac. Nous avons décidé de venir à Gatineau parce que nous n’étions pas en mesure de trouver des emplois dans le Pontiac. La plupart des emplois dans cette région sont liés à l’agriculture et nous n’avons tout simplement pas d’expérience dans ce secteur. »

La famille loue maintenant un appartement à Gatineau. Serhii Jr. et sa mère subviennent aux besoins de la famille en travaillant dans le secteur des services, à la cuisine et au nettoyage. Ils essaient d’apprendre les
deux langues officielles dans l’espoir de trouver des emplois mieux rémunérés.

« En Ukraine, nous avions une entreprise. Nous pouvons faire cela ici aussi et importer des produits au Canada et être plus utiles aux Canadiens », a-t-il déclaré.

Pour l’instant, la famille reçoit une certaine aide financière du gouvernement pour couvrir les besoins de base, mais elle travaille encore de longues heures pour couvrir le reste de ses dépenses. Selon Serhii, les principaux défis auxquels ils sont confrontés sont les différences sociales et la langue. « Nous devons en apprendre davantage sur la situation sociale ici et nous y adapter. Le Canada est différent de l’Ukraine ; par exemple, les processus sont plus lents ici.

Les gens sont gentils avec nous ; nous avons demandé des meubles et en quelques jours seulement, nous avons reçu tout ce dont nous avions besoin. Le gouvernement est également serviable. Il nous a offert des cours de langue gratuits, et mes parents essaient d’apprendre les langues. Notre objectif est d’obtenir de bonnes qualifications pour travailler ici. »

La famille Dobrovolskiiy a obtenu un visa temporaire de trois ans, mais elle espère commencer une nouvelle vie ici. La jeune sœur de Serhii est allée à l’école primaire Dr. S. E. McDowell à Shawville pendant leur séjour dans le Pontiac mais a eu du mal à s’adapter. Les règles du Québec sont telles qu’elle n’a pas d’autre choix que d’aller dans une école française. Le gouvernement du Québec lui a donné un an pour apprendre le français, à partir de septembre, afin qu’elle puisse ensuite continuer à aller à l’école à Gatineau.

Serhii explique que même s’ils ont déménagé à Gatineau, ils sont toujours en contact avec leurs amis du Pontiac. Ils rendent visite aux Cameron et sollicitent leur aide et leurs conseils quand ils en ont besoin. « Il n’y avait pas de communauté ukrainienne dans le Pontiac mais il y en a à Gatineau et à Ottawa. Certains d’entre eux sont gentils avec nous et d’autres non. Certains Ukrainiens pensent que nous avons eu de la chance parce que nous avons pu venir au Canada facilement ! Il leur a fallu beaucoup de temps pour immigrer au Canada avant que la Russie ne lance la plus grande escalade dans une guerre qui dure depuis l’invasion et l’annexion de la Crimée en 2014. Nous ne pensons pas nécessairement que nous sommes chanceux ; nous avions une bonne vie chez nous et maintenant nous essayons juste de rester en sécurité et en vie. Nous sommes maintenant un peu plus installés et sommes assez intelligents pour survivre et commencer notre nouvelle vie ici. Pour l’instant, tout va bien. Nous devons juste nous adapter aux différences sociales et
aux langues. Nous avons une assurance, de la nourriture, un endroit où vivre ; c’est bien pour l’instant », a-t-il déclaré.