Un référendum sur la VED serait-il de mise ?

0
205

Il y a des dissensions dans le Pontiac quant à la sagesse de s’embarquer dans la projet de la valorisation énergétique des déchets, pour traiter les déchets résiduels (c’est-à-dire ce qui reste après que les matières organiques et recyclables ont été triées du flux de déchets). La préfète a déclaré que « l’unanimité n’est pas nécessaire » pour faire avancer ce projet. C’est peut-être vrai d’un point de vue légal, mais je me sentirais beaucoup mieux s’il y avait au moins une majorité d’approbation. Les habitants du Pontiac vivront avec les conséquences d’un tel projet pendant très longtemps.

Voici quelques questions qui méritent d’être examinées attentivement.

Le prix ?  Il s’agit d’une entreprise gigantesque et, pour autant que je sache, il n’y a aucun moyen de la ramener à une échelle gérable au niveau local. En d’autres termes, nous ne pouvons pas construire un incinérateur pour traiter uniquement nos propres déchets.

Les cendres qui restent après

l’incinération ? Les chiffres sont contradictoires quant à la quantité de cendres restant à la fin du processus. Je n’ai pas les moyens de le vérifier, et je doute que vous les ayez non plus ; nous en sommes donc réduits à nous interroger sur la quantité de cendres restantes ; 3 % ? 7% ? Ou jusqu’à 30 % ?  Le savons-nous ou devons-nous nous fier à la parole de quelqu’un d’autre ? J’ai vu un échantillon, et c’était un pot gris amorphe de… eh bien, de cendres. Est-il hautement toxique?  Sans test chimique de chaque lot, nous ne le savons pas non plus. Je ne vois aucune raison pour qu’il soit plus toxique que les déchets que les gens manipulaient avant qu’ils ne quittent leur foyer.

L’énergie électrique générée par la vapeur ?  C’est un bonus, un pourboire pour un bon service. Cependant, cela ne garantira pas que nous ayons de l’électricité lorsque le réseau s’arrêtera, et cela ne réduira pas beaucoup le prix de l’électricité que nous consommons localement.

La chaleur de la vapeur disponible ? Oubliez cela, ce n’est pas vraiment le cas. À l’usine de Durham, l’immeuble de bureaux d’Hydro One situé juste à côté n’est PAS chauffé par l’excédent de vapeur de l’incinérateur. Si cela ne se fait pas là, cela ne se fera pas dans le Pontiac, où il n’y a pas de bâtiments importants à proximité du site proposé. La vapeur ne se transporte pas bien sur de longues distances.

Les emplois promis ? C’est un phénomène que j’ai vu exagéré à maintes reprises. Vous vous souvenez de LiveWell ? Les 300 emplois promis ont été réduits à 30, puis à 3, avant que l’idée ne disparaisse. Il faudra un certain nombre de personnes pour construire une telle installation, et plusieurs personnes pour la faire fonctionner par la suite. Je n’en ferai pas partie. L’intérieur de l’installation est poussiéreux et bruyant, mais pas plus que le sol du four de l’usine Chromasco, qui se trouvait juste de l’autre côté de la rivière.

Ai-je donc démystifié l’ensemble du projet ? Je ne pense pas, car nous possédons encore beaucoup de déchets, et j’attends toujours de connaître les « nombreuses autres façons » de gérer cette situation. Une suggestion que j’ai entendue récemment était d' »envoyer les déchets sur Mars ». Voir ci-dessus ; une entreprise ÉNORME, et donc coûteuse. Nous avons besoin d’au moins une douzaine d’autres idées, plus pratiques que celle-là.

Concentrons-nous sur cette seule considération : que ferons-nous de nos déchets ?

Robert Wills
Thorne et Shawville (Translation)