Soirée d’information et discussion en matière de cannabis

0
16

Gaétan Forgues
& François Carrier


Gaétan Forgues
& François Carrier

FORT-COULONGE – Will Amos, député fédéral du Pontiac, accompagné de Joël Lightbound, député de Louis-Hébert, a tenu une session d’information sur l’approche du gouvernement libéral en matière de législation, de renseignements et de restriction à l’accès au cannabis au Canada. La session a eu lieu au Centre de Conférence du Pontiac le 12 septembre devant une douzaine de personnes.
M. Amos, qui avait tenu des réunions dans certaines régions de sa circonscription les 11 et 13 septembre dans le cadre de sa tournée régionale annuelle, a aussi tenu des réunions à Portage-du-Fort, à l’Île-du-Grand-Calumet et à Fort-Coulonge en ce 12 septembre.
Pour débuter, M, Amos a indiqué que l’objectif de cette session d’information était
de fournir le contexte de l’engagement du gouvernement du Canada pour légaliser, rendre plus strict et restreindre l’accès au cannabis.
Jugeant que le gouvernement fédéral n’avait pas pensé à toutes les conséquences, un citoyen a demandé si le gouvernement avait procédé à une évaluation adéquate de l’impact de la législation du cannabis. “Actuellement, le Canada a le plus haut taux de consommation de marijuana chez les jeunes de 18 à 24 ans au sein des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La prohibition ne fonctionne pas. On n’a aucun contrôle, il faut encadrer la consommation, c’est le seul moyen d’améliorer la situation”, a souligné M. Lightbound.
Il a aussi indiqué les préoccupations en matière de santé et de sécurité: les risques pour la santé liés à la consommation précoce; aucun contrôle sur la sécurité, la puissance et la qualité des produits; marché illicite vaste et établi, le fardeau imposé au système judiciaire et les répercussions sociales connexes; et les lois ne sont pas bien comprises et ne sont pas appliquées de façon uniforme.
Ensuite, il a indiqué que l’objectif du Gouvernement du Canada consiste à restreindre l’accès des jeunes au cannabis; éliminer le marché illégal; décourager les activités criminelles en imposant de lourdes sanctions pénales; protéger la santé publique en soumettant les produits à des exigences rigoureuses en matière
d’innocuité et de qualité et réduire le fardeau imposé au système de justice pénale et  permettre aux adultes d’avoir accès à du cannabis réglementé dont la qualité est contrôlée et d’en posséder.
“Le Gouvernement provincial pourra décider comment encadrer la vente. Surtout, le marché noir aura beaucoup plus de difficulté à avoir un impact. On a la chance d’avoir des gouvernements qui ont procédé à sa légalisation et son encadrement. Le constat est clair: la situation s’est améliorée. Les jeunes qui veulent l’essayer peuvent au moins le faire sachant qu’on leur fournit des produits contrôlés. De plus, les provinces pourront utiliser l’argent obtenu par la vente du cannabis et l’investir en prévention au lieu de laisser les profits au marché noir”,  a expliqué M. Lightbound.
Il a aussi annoncé que le gouvernement a créé un groupe de travail ayant pour mandat d’apporter des conseils relatifs au nouveau système pour le cannabis. Une de ces mesures proposées est le projet de loi C-45 qui a été déposé devant la Chambre  des Communes par le ministère de la Justice.
Les mesures de la loi C-45 indiquent que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux auraient chacun un rôle dans le nouveau système, soient le droit de modifier les règles du gouvernement fédéral pour mieux servir leur province et comment et où la vente du cannabis devrait se faire.
La soirée s’est terminée avec une période de questions.