Raymond Durocher offre un droit de réponse

0
22

Arnaud de la Salle

Fort-Coulonge – À la suite des différents événements qui ont

Arnaud de la Salle

Fort-Coulonge – À la suite des différents événements qui ont
marqué l’administration municipale du Village de Fort-Coulonge et des réactions provenant de l’opinion publique depuis l’appel d’offre pour la collecte des ordures et du recyclage à Fort-Coulonge, un entretien avec  le maire de
Fort-Coulonge Raymond Durocher a été organisé à CHIP Fm. Le Journal du Pontiac était présent pour participer à cette entrevue afin de poser l’ensemble des questions qui ont pu faire l’objet de spéculations ou d’affirmations au sein de la communauté et qui ont été largement colportées dans les médias sociaux.
Bien évidemment, les questions posées ont toutes été basées sur les propos recueillis via les échanges sur les médias sociaux (Facebook) mais aussi sur des rumeurs qui ont été portées à l’attention des médias.  
M. Durocher s’est prêté à cet exercice avec transparence et a répondu à toutes les questions sans détour et l’ensemble de l’entrevue a été diffusée sur les ondes de CHIP FM le 3 février.
Aux allégations qui relataient qu’il avait un lien de parenté avec les dirigeants de l’entreprise Martin Lalonde, M. Durocher a répondu que c’était « la plus grande fausseté qui n’ait jamais été répandue sur les médias sociaux ». Le contrat attribué à l’entreprise Martin Lalonde de Masham pour la collecte des déchets a été alloué en partenariat avec la Municipalité de Mansfield et a été accordé par le conseil municipal de Fort-Coulonge, en raison du prix proposé par l’entreprise et pour la conformité à déposer un dossier de soumission complet en novembre dernier.
Les Entreprises Charette de Fort-Coulonge qui n’a pas remporté l’appel d’offre, a reçu ensuite le soutien d’une pétition de 400 signatures, mais n’avait pas déposé un dossier complet et son offre de prix était plus élevée, selon la Municipalité.
M. Durocher a souligné que les personnes qui avaient des sources fiables pour porter de telles accusations devraient contacter l’UPAC (Unité Permanente Anticorruption), le ministère des Affaires municipales ou bien le service juridique de la Municipalité de Fort-Coulonge et il les invitait à le faire plutôt que de se servir des médias sociaux. Il a aussi rappelé que les réunions du Conseil sont ouvertes au public et que le processus démocratique permet à tout le monde de venir
s’exprimer sur les sujets débattus par la Municipalité et il déplorait de voir que trop peu de personnes se mobilisent pour y assister.
Plus récemment une nouvelle vague de commentaires a été répandue sur les médias sociaux au sujet de l’embauche d’un nouvel employé au centre de
traitement des eaux de Fort-Coulonge accusant la Municipalité de favoriser
 l’embauche de salariés ne provenant pas d’un bassin local. Le maire Durocher a expliqué qu’encore une fois le processus avait été suivi à la lettre et que seules les compétences avaient permis de faire un choix éclairé au comité d’embauche et que, malheureusement, les candidats locaux ne présentaient pas les compétences requises pour obtenir le poste.
Aux autres allégations qui sous- entendaient que des élus recevaient des pots-de-vin, le maire Durocher a été très ferme et a déclaré qu’il se trouvait à deux doigts de saisir une procédure légale contre les personnes qui se permettaient de porter ce genre de propos notamment en ce qui concerne les élus de la MRC.
Pour les accusations concernant la Municipalité de Fort-Coulonge, il a demandé que tous les commentaires fallacieux soient supprimés par leurs auteurs, et qu’il pourrait s’en tenir à ça, mais il fallait que ces agissements cessent.