Plan de rattrapage scolaire du Québec

0
39

Carl Hager

QUEBEC – Le 9 janvier dernier, dans la foulée d’une entente de principe avec les enseignantes et enseignants en grève, le ministre de l’Éducation du Québec, Bernard Drainville, a annoncé un plan de rattrapage scolaire de 300 millions de dollars pour aider les élèves qui ont pris du retard. Le montant d’argent que chaque conseil scolaire reçoit dépend des ressources demandées par chaque école de son territoire. Pour la Commission scolaire Western Québec, cela se résume à environ 1 million de dollars.

Les mesures de soutien, fondées sur les recommandations du personnel de l’école à la suite d’une évaluation des besoins des élèves au début de janvier, ont commencé le 29 janvier. Les parents ont été informés des mesures de soutien proposées pour leur enfant au cours de la semaine du 22 janvier.

 Le plan du ministre comprend : le tutorat pendant et en dehors des heures de classe ; une aide spécialisée en dehors des heures de classe pour les élèves ayant besoin d’un enseignement spécial ; des cours d’été gratuits pour les élèves de 4e secondaire (mathématiques et sciences) et de 5e secondaire (histoire et français) ; un soutien aux organismes impliqués dans l’éducation (centres d’abandon scolaire, alphabétisation) ; et des écoles seront ouvertes pendant les vacances de printemps pour poursuivre des activités de rattrapage.

Le ministre a déclaré que ce travail supplémentaire est volontaire et que les enseignants seront rémunérés. Il a appelé les enseignants à la retraite, les élèves-enseignants et le personnel professionnel à aider dans ce plan de rattrapage majeur.

En plus de ces initiatives, un nouveau calendrier sera établi pour les examens ministériels, avec jusqu’à une semaine de retard pour permettre plus de temps d’enseignement en raison de l’horaire d’examen comprimé. Il n’y aura pas d’examens après le 24 juin.

En ce qui concerne la pondération des examens ministériels, les examens de 1er et 2e secondaire vaudront 10 % de la note finale (au lieu de 20 %) et les examens de 4e et 5e secondaires compteront pour 20 % du résultat final (au lieu de 50 %).

La période du deuxième bulletin scolaire peut être reportée à la fin de mars, tel que déterminé par chaque conseil scolaire.

Katherine Korakakis, présidente de l’English Parents Committee Association (EPCA), s’est dite satisfaite de l’initiative ; « Si cela est fait correctement, cela aidera les enfants à réussir. Nous aurons besoin de tout le monde à bord, y compris les parents.

Korakakis a déclaré que ce type d’initiative aurait dû être mis en œuvre après COVID lorsque de nombreux jours d’instruction ont été perdus. Les étudiants des examens de niveaux 4 et 5 du ministère de rédaction ont subi deux impacts majeurs sur leur apprentissage (COVID et frappant), elle est donc optimiste que les changements de formule de pondération les aideront énormément.

M. Korakakis espère que les conseils scolaires trouveront l’aide spécialisée pour ceux qui en ont besoin. « Les conseils scolaires à population rurale peuvent avoir de la difficulté à adopter certaines de ces mesures de tutorat en raison de problèmes de transport par autobus pour les activités parascolaires », a-t-elle déclaré.

Selon George Singfield, directeur de la Commission scolaire Western Québec, le Ministère a reconnu que les écoles ont besoin d’un soutien supplémentaire en leur offrant une aide significative, et les enseignants sont impatients de voir leurs élèves réussir.