Parlons Pipeline

0
33

Trans Canada dit que le pipeline est plus sécuritaire que les trains et les camions! Comme si le pipeline allait les remplacer!

Trans Canada dit que le pipeline est plus sécuritaire que les trains et les camions! Comme si le pipeline allait les remplacer!
Le pipeline servira exclusivement au transport du pétrole de l’Alberta vers le Nouveau-Brunswick. Le pipeline deviendra en fait, un troisième risque de catastrophe et le pire des trois. Refuser le pipeline, ce n’est pas se priver du pétrole dont on dépend chaque jour.
L’Office National de l’Énergie (ONÉ) a perdu sa crédibilité. Il est cense étudier objectivement la question, mais on le soupçonne de travailler pour d’autres intérêts. L’ONÉ cache 1. des rencontres secrètes avec des promoteurs du pipeline, 2. des informations sur la mauvaise qualité des joints entre les tuyaux, 3. la nature des solvants pour liquéfier le pétrole et en faciliter le transport, 4. la densité du pétrole qui va caler au lieu de flotter comme ils le prétendent, 5. le vrai risque de fuites et 6.leur capacité réelle d’effectuer et de financer le nettoyage des probables déversements, tels les 2 survenus le mois passé en Alberta.
Selon Polytechnique de Montréal, le pipeline pose un risque très élevé de glissements de terrain pour plusieurs cours d’eau, dont une trentaine de rivières et le fleuve Saint-Laurent. Le tracé passe sous la rivière Outaouais et sous le Saint-Laurent.
Le ministère de la Défense Nationale (MDN) s’inquiète de ce que le pipeline traversera des milliers de rivières et plusieurs bases militaires et doute de la capacité de Trans Canada de financer et de réparer ses dégâts éventuels. Le pipeline transportant du gaz naturel sur la base de Petawawa serait converti pour le pétrole de l’Alberta.
L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, l’Union des Municipalités du Québec, 82 maires s’opposent catégoriquement au pipeline. Nos municipalités seront peut-être invitées à appuyer cette coalition. Souhaitons qu’elles aient la sagesse d’accepter.
Les emplois? Des emplois temporaires! Au Québec, un chantier de 4,000 travailleurs durant quelques mois pour mettre en place une menace à notre eau. Qui peut vivre sans eau pour consommer, irriguer les cultures, assurer l’hygiène des hôpitaux…?.
La Colombie Britannique a refusé et les États-Unis aussi. La planète entière reproche à l’Alberta son exploitation hyper polluante des sables bitumineux. L’Alberta a choisi le profit à n’importe quel prix, sans consulter les autre sprovinces, normal qu’elle garde son pétrole chez elle. Pour 100% des risques 100% du temps, la réponse est NON au pipeline.

Lise Séguin, seguin.lise39@gmail.com
MANSFIELD