Opération de relation publique sur les projets miniers à l’Île-du-Grand-Calumet

0
17

Francois Carrier

ILE-DU-GRAND-CALUMET – Le président de l’entreprise Sphinx Normand Champigny, propriétaire des sites de développement miniers Calumet-Sud et Green Palladium, situé sur le territoire du Pontiac et en grande partie à

Francois Carrier

ILE-DU-GRAND-CALUMET – Le président de l’entreprise Sphinx Normand Champigny, propriétaire des sites de développement miniers Calumet-Sud et Green Palladium, situé sur le territoire du Pontiac et en grande partie à
l’Île-du-Grand-Calumet, était sur place pour répondre aux différentes questions des citoyens le mercredi 22 février dernier. La transparence et l’idée d’établir un dialogue avec la communauté ont été la principale motivation selon
l’entreprise. Des informations ont été transmises aux citoyens sur les travaux qui auront lieu au cours des prochaines semaines dans la municipalité. C’est devant un peu plus d’une quinzaine de personnes que Sphinx a expliqué les
différentes démarches qui seront entreprises.
Quelques questions ont touché l’environnement, ce qui a permis à Sphinx de donner des renseignements sur leurs différentes pratiques. Autre aspect qui n’est pas à négliger: les attentes du public face à une bonne nouvelle économique.
« Les gens ont été durement touchés économiquement et lorsqu’on entend une nouvelle de la sorte, certains peuvent penser que des annonces sont éminentes, mais ce n’est pas du tout le cas », précise le maire de l’Île-du-Grand-Calumet Pierre Fréchette. « Lorsqu’on débute les opérations sur un site potentiel, on a une chance sur 1 000 d’ouvrir une mine.
Ça peut prendre des années », explique avec prudence Normand Champigny.
Par contre, le dirigeant de Sphinx a fait savoir que les plus récentes données étaient de bonnes nouvelles dans le développement du projet.
De vieux… et pas toujours bons souvenirs
Il faut voir dans la stratégie de communications de l’entreprise Sphinx et le point de vue de la municipalité de l’Île-du-Grand-Calumet comme une prise de conscience de ce qui s’est déjà déroulé sur le territoire de cette municipalité lors de l’exploitation de l’ancienne mine.
« C’est extrêmement important pour moi parce que je veux que les citoyens puissent savoir ce qui se passe, et aussi comprendre qu’on n’acceptera pas ce qui a pu arriver avec l’ancienne mine que je qualifierais d’exploitation sauvage. Ici on veut un développement durable en respect avec l’histoire et l’environnement », explique le maire Fréchette.
Le maire Fréchette a même qualifié l’ancienne mine de “dépotoir à
ciel ouvert” lorsqu’elle a fermé ses portes. « La réalité n’est plus la même. On doit rendre des comptes et c’est pour cette raison qu’on est en étroites communications avec la Municipalité et la MRC de Pontiac », souligne Champigny.
La Municipalité semble aussi insister pour que des communications régulières puissent avoir lieu. « Il y a beaucoup de questions et curiosité et c’est important de répondre aux questions des citoyens avant que des opérations soient entreprises », mentionne  M. Féchette.
L’entreprise a aussi déclaré vouloir favoriser l’économie locale. « Dès qu’on a la chance de le faire, on va s’assurer que des entreprises locales peuvent être engagées, on l’a déjà fait et on va continuer à le faire », souligne le dirigeant de Sphinx.
Prochaines étapes
L’entreprise Sphinx va, au cours des prochaines semaines, effectuer des opérations de forages. L’objectif est de trouver des données permettant d’aller encore plus loin et d’identifier les minéraux recherchés (entre autres du zinc pour le projet Calumet-Sud). D’autres informations concernant les avancées du projet devraient être publiées. Plus d’informations à cet effet sont d’ailleurs disponibles au grand public via le site de l’entreprise.