Mise à jour vétérinaire équine

0
95
Dr. Welsford in action floating Trooper's teeth on June 7, 2023. Photo by Katharine Fletcher.

Katharine Fletcher

MUNICIPALITÉ DE PONTIAC – La région de l’Outaouais souffre d’une pénurie de vétérinaires, une situation qui se reflète à travers le Canada et le monde. Cependant, depuis que la vétérinaire locale de 36 ans, la Dre Andrea Kelly, s’est enlevé la vie en juillet 2022, environ 600 chevaux ont soudainement été sans soins vétérinaires et une crise continue s’est ensuivie.

Le Dr Kelly était propriétaire de « Ottawa Valley Large Animal Clinic  »(OVLAC) de Kemptville, qui a par la suite fermé ses portes.Sans vétérinaires, la communauté équestre du Pontiac est entrée en action. Ils ont fait du lobbying auprès d’organismes gouvernementaux comme Cheval Québec et L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec. Ils ont également aidé des gens du Pontiac à amener leurs chevaux à des cliniques vétérinaires en Ontario, ont partagé leur expertise et se sont soutenus les uns les autres chaque fois que cela était possible.

Dans un communiqué de presse du 20 novembre 2023, Cheval Québec a expliqué que, bien que six vétérinaires équins pratiquent en Outaouais, « cinq pratiquent ici depuis plus de 35 ans, et aucun nouveau vétérinaire n’est prévu pour arriver au cours de la prochaine année ».

Pendant ce temps, les trois cliniques partenaires de l’Ontario (Rideau-St Lawrence, Prescott-Russell et Navan Veterinary Services) ont aidé, notamment en traitant des animaux dans leurs locaux de l’Ontario. Malheureusement, en  raison des lois strictes du Québec sur les licences et les langues, les vétérinaires de l’Ontario ne sont pas autorisés à exercer ici. De plus, comme le remorquage est souvent impossible, surtout en cas d’urgence, les animaux sont restés à risque.

Comprenant la gravité de la situation, le gouvernement du Québec a provisoirement assoupli la réglementation. À partir de mai 2023 avec un vétérinaire, maintenant trois vétérinaires des services vétérinaires de Navan sont autorisés à exercer ici. Les deux autres cliniques partenaires aident en acceptant des chevaux du Pontiac pour des chirurgies de référence et certains traitements en clinique.

Pour se présenter aux propriétaires de gros animaux du Pontiac, le personnel et les vétérinaires des trois cliniques ont tenu une rencontre au Centre communautaire de Quyon, le 16 novembre. Environ 50 propriétaires d’équidés et de bovins du Pontiac y ont assisté.

Le vétérinaire Dr Jean Cyr, partenaire des Services vétérinaires de Navan, a accueilli les participants et présenté les vétérinaires qui ont discuté des problèmes équins liés à la fièvre, aux coliques, à la boiterie et à l’étouffement.

Tout le monde a encouragé un effort d’équipe, suggérant ce que les propriétaires pourraient faire eux-mêmes comme premiers soins avant d’appeler « automatiquement » un vétérinaire. De telles interventions, a expliqué le Dr Cyr, pourraient prévenir les appels inutiles chez les vétérinaires à un moment où les services des cliniques sont très sollicités, en particulier en raison de deux heures de route pour se rendre à un patient. Cependant, tous les vétérinaires ont souligné que les propriétaires devraient appeler s’ils ont besoin d’aide.

Le Dr Cyr a souligné que les cliniques espèrent étendre les services à quatre fois par semaine – si elles peuvent attirer plus de personnel et en attendant la licence provisoire du Québec.

Le communiqué de presse de Cheval Québec expliquait que le « domaine de la pratique équine est largement inconnu » pour les étudiants vétérinaires qui viennent pour la plupart des grandes villes, car « le contact avec les chevaux est pratiquement inexistant ». Ainsi, Cheval Québec a lancé des incitatifs financiers pour les étudiants de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal où trois étudiants ont reçu des stages en 2023, travaillant avec des chevaux. Quatre stages sont prévus pour 2024.

« Il est clair qu’à ce rythme, le changement est long à venir », a conclu Cheval Québec.