Mise à jour sur la foresterie

0
65
File photo

Les groupes forestiers de l’Outaouais font appel à la province, proposent des modifications

Taylor Clark

OUTAOUAIS – Trois groupes forestiers de l’Outaouais visent à innover le secteur forestier du Québec. Lors de la Table de réflexion sur l’avenir de la forêt pour l’Outaouais du 19 mars dernier à Gatineau, le Groupement forestier du Pontiac, la Société sylvicole de la Haute-Gatineau et la Coopérative Terra-Bois ont proposé des mesures pour améliorer les structures de gestion, la conciliation des usages et la planification des travaux forestiers.

La rencontre concernant l’avenir de l’industrie forestière a réuni des intervenants de l’Outaouais dont Jane Toller, préfète de la MRC de Pontiac.

Pour Martin Boucher, directeur du Groupement forestier du Pontiac, qui a présenté les propositions, les régions forestières devraient avoir davantage leur mot à dire sur le type de travaux en forêt. Les mesures proposées verraient la décentralisation de certains pouvoirs décisionnels, permettant ainsi une meilleure prise en compte des caractéristiques et des spécificités de la forêt de l’Outaouais dans les normes d’aménagement.

« Ce que nous demandons, c’est de donner plus d’autonomie décisionnelle aux régions, ce qui nous permettrait de prendre des décisions plus pertinentes pour la région de l’Outaouais. Ce n’est pas seulement l’Outaouais, un message clair est envoyé à toutes les autres régions du Québec », a déclaré Boucher en entrevue avec CHIP 101.9.

Le directeur a souligné le cadre juridique et réglementaire trop compliqué dans lequel les groupes forestiers doivent fonctionner, ce qui crée un lourd fardeau administratif.

« Au niveau forestier, on parle de 11 lois provinciales et fédérales – 1 100 règlements – puis il y a 87 MRC au Québec… C’est devenu très complexe », a déclaré Boucher.

Cela a mené à une demande pour plus d’harmonie, qui a été reprise par Patrick Feeny, directeur général de la Société sylvicole de la Haute-Gatineau.

« Pour la Haute-Gatineau, nous avons encore un grand territoire dans lequel nous ne sommes pas capables d’harmoniser et d’accéder à ce territoire pour prendre des dispositions. »

« Ces volumes, ou ces zones qui ne sont pas accessibles, ont un impact sur l’ensemble du secteur forestier de la région », a déclaré Feeny à CHIP 101.9.

Les deux soulignent que les mécanismes d’établissement des taux de travail dans les forêts privées et publiques doivent s’aligner sur les réalités de chaque région forestière distincte.

« Nous espérons avoir un rapport. Nous espérons voir des changements ou des modifications dans le régime, mais il est certain qu’il faut quelque chose pour stimuler ou restaurer la foresterie telle qu’elle était dans le passé », a déclaré Boucher.