Mise à jour des LNC

0
63

LNC : Mise à jour communautaire et préoccupations environnementales

Grace Richards

CHALK RIVER – Les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC) ont tenu leur troisième webinaire annuel de mise à jour communautaire le 20 mars pour faire le point sur les initiatives environnementales et les projets en cours, plus particulièrement l’installation de gestion des déchets près de la surface (IGDPS) des LNC, située à Chalk River, qui a suscité une controverse sur les préoccupations environnementales. Le IGDPS a fait l’objet d’un examen minutieux depuis qu’il a été proposé pour la première fois en 2016. En janvier 2024, la Commission canadienne de sûreté nucléaire a approuvé la proposition des LNC.

Monica Steedman, vice-présidente de la gestion de l’assainissement de l’environnement, a fait le point sur la construction de l’installation : « Nous allons de l’avant avec la construction du IGDPS et nous cherchons, tout d’abord, à nous assurer que nous respectons tous nos engagements préalables à la construction envers les communautés et les organisations autochtones. »

Les environnementalistes ont franchement désapprouvé le projet et la menace environnementale qu’il représente. Ole Hendrickson, expert en écologie et chercheur pour Concerned Citizens of Renfrew County and Area, s’inquiète de l’efficacité du plan de gestion à long terme des déchets nucléaires des LNC.« Le gouvernement fédéral devrait exiger que les LNC adoptent une approche de précaution : supposer qu’une grande partie de ses « déchets hérités » aux installations de recherche de Chalk River et de Whiteshell contiennent des émetteurs alpha difficiles à mesurer et à longue durée de vie, et amorcer un processus pour l’emplacement et la conception d’une installation qui peut isoler ses déchets radioactifs de niveau intermédiaire pendant des milliers d’années.« Le gouvernement fédéral a plutôt permis aux LNC de reclasser plus de 90 % de leurs déchets présumés de moyenne activité dans la catégorie des déchets de faible activité. L’organisme de réglementation nucléaire du gouvernement permettra que ces déchets soient placés dans une installation en surface qui ne durera que plusieurs centaines d’années sans analyse appropriée pour déterminer si les déchets contiennent de grandes quantités d’émetteurs alpha à longue durée de vie – ce qu’il fait presque certainement », a-t-il déclaré,

Lou Riccoboni, vice-président des affaires corporatives et du développement des affaires, a discuté de la publication du premier rapport sur le développement durable des LNC, qui comprenait une certification or du Wildlife Habitat Council en 2022. Le prix a été décerné avant que les LNC ne reçoivent un permis d’espèces en péril en mars 2024, qui permet la construction du IDGPS malgré la présence de trois espèces en voie de disparition aux Laboratoires de Chalk River : la tortue mouchetée, la petite chauve-souris brune et la chauve-souris nordique à longues oreilles.

Dans sa décision, le Service canadien de la faune (SCF) a déclaré que les LNC avaient pris les précautions appropriées pour assurer la préservation des habitats, y compris la modification de la conception, les clôtures et la surveillance par un spécialiste de l’environnement.

Malgré l’approbation du SCF, les environnementalistes sont toujours préoccupés par la sécurité des espèces en voie de disparition. La Première Nation Kebaowek et Kitigan Zibi Anishinabeg ont publié une évaluation indépendante du projet, ce qui soulève des préoccupations au sujet de plusieurs autres espèces en voie de disparition dans la région que le SCF n’a pas inclus dans son rapport, y compris les loups et les ours.

Les LNC ont également détaillé leurs efforts de nettoyage environnemental, en mettant l’accent sur le nettoyage des déchets historiques de l’Initiative de la région de Port Hope. Les déchets sont entreposés près du site de nettoyage dans une installation de gestion des déchets nouvellement construite.

Les LNC ont également discuté de la création de leur Centre de sécurité de l’hydrogène, une plate-forme pour l’élaboration de normes de l’industrie et le partage de solutions liées à la sécurité de l’hydrogène. Jan Preston, président du conseil d’administration des LNC, a déclaré que son emplacement physique sera à Chalk River, mais a souligné l’intention des LNC de faire du centre une plate-forme nationale ; « Il est également destiné à être une sorte de plate-forme où ce n’est pas seulement l’actif physique, mais aussi la capacité de relier les capacités avec d’autres laboratoires. Donc, l’intention est d’être vraiment un réseau de connexions.

Le webinaire communautaire enregistré se trouve sur le site Web du Laboratoire nucléaire canadien.