Magasiner localement – un acte politique

0
19

Nul n’est sans savoir que le monde d’aujourd’hui vit sous la coupe d’un
système libéral unique institué par les préceptes économiques du capitalisme moderne. Ce dernier a depuis une
vingtaine d’année établi un réseau

Nul n’est sans savoir que le monde d’aujourd’hui vit sous la coupe d’un
système libéral unique institué par les préceptes économiques du capitalisme moderne. Ce dernier a depuis une
vingtaine d’année établi un réseau
global que l’on nomme communément mondialisation et qui régit ou influence tous les rouages économiques de notre société. Cette évolution du capitalisme vers un monde sans frontières économiques a permis l’enrichissement d’une classe dirigeante minoritaire au détriment du plus grand nombre qui
s’affaire à pérenniser le système par son action de consommation. En effet, le
consumérisme ou société de consommation telle qu’elle est apparue depuis l’après-guerre a mis en place un formidable panel d’habitudes et de besoins qui enferment les acteurs économiques dans une dépendance qui pourrait s’apparenter à de l’addiction ou tout au moins à de
l’accoutumance. Pour preuve, voyez le nombre de personnes qui sont “scotchés” à leur téléphone cellulaire dans les
transports en commun et vous
comprendrez l’étendu du problème. L’individualisme a de beaux jours devant lui.
De nos jours chaque produit manufacturé vendu comptabilise en moyenne une distance 8000 kilomètres parcourue, une aubaine pour les entreprises de transport et par extension pour les corporations pétrolières qui fournissent le carburant nécessaire à ces échanges. Il est facile
d’envisager dans un tel contexte l’impact environnemental lié aux émissions de gaz à effet de serre que nous cautionnons à chaque fois que nous achetons un produit de consommation.
Face à ce constat il n’y a malheureusement pas de solutions miracles, mais toutefois des pistes semblent montrer qu’une prise de conscience et un mouvement s’amorcent chez les consommateurs. Magasiner localement peut caractériser cette nouvelle attitude et prise de position. C’est un signal d’alarme clair envoyé à ceux qui nous gouvernent. À l’heure où tout peut être acheté sur internet, faire la démarche de magasiner localement devient un acte politique qui exprime un refus de ce système qui nous asservit sans cesse un peu plus. Certes l’offre demeure celle que la mondialisation nous propose, mais c’est un pas vers un retour à la
production locale. C’est l’affirmation de valeurs qui prônent la liberté et l’ indépendance, la défense de l’emploi et des droits sociaux, l’autonomie et la défense de
l’environnement. Ce phénomène n’est qu’à ses premiers balbutiements et
beaucoup de chemin reste à parcourir avant de voir un réel changement de masse dans nos sociétés. mais cela va faire son chemin petit à petit et, comme on dit bien souvent, « on n’arrête pas une idée ».
Arnaud de la Salle