L’histoire du curé Archambault

0
21

Presque toutes les données publiées dans “VÉRITÉ” et dans cette histoire sont tirées du livre de Luc Bouvier “Les sacrifiés de la bonne entente”.

Presque toutes les données publiées dans “VÉRITÉ” et dans cette histoire sont tirées du livre de Luc Bouvier “Les sacrifiés de la bonne entente”.
Sur plus d’un siècle, le curé Archambault compte parmi une douzaine de prêtres qui n’approuvaient pas la discrimination dont les Canadiens français de leur paroisse étaient victimes. Ces prêtres ont agi selon leur conscience, ce qui a déplu au diocèse qui a sévi.  
En 1936, J. William Archambault devient curé à Portage-du-Fort, jusqu’en 1946. C’est un bâtisseur! Il rejette la mentalité des évêques de Pembroke, car il estime injuste le traitement réservé aux Canadiens français de sa paroisse. Il introduit le français à l’église et il fait appel aux Soeurs du Sacré-Coeur-de-Jésus pour l’enseigner à l’école.
En 1946, son départ pour l’Île-du-Grand-Calumet met fin à l’usage du français à Portage. Pour son remplaçant, le curé Roney, c’est “no French in my church” de même qu’à l’école. Les Soeurs partent aussi.
À l’Île, le curé Archambault retrouve une école vouée à angliciser les
enfants canadien français. Quand en 1955 l’école Sainte-Anne brûle, il planifie la
construction de 2 écoles, une française et une anglaise prétextant qu’il veut séparer les garçons et les filles. Il est dénoncé et Mgr Smith, appuyé par son ami, le député Raymond Johnston, décide de chasser le curé de son Île. Comme le curé Archambault refuse de partir, Mgr Smith lui retire le droit de dire la messe et le fait passer pour un voleur. Notons que le curé Archambault avait demandé l’aide de la Société Saint-Jean-Baptiste et de l’Ordre de Jacques-Cartier pour aider les francophones de sa paroisse….
Pour en savoir plus, il faudrait avoir accès à l’ensemble des archives sur le cas, mais quand Luc Bouvier a voulu les consulter, en 1998, l’archiviste du diocèse, Mgr Barry, lui en a caché l’essentiel.
On saura peut-être un jour.
Lise Séguin
Mansfield
Pour le groupe des 13