En réponse à Lise Séguin

0
25

Mme Séguin, pour qui te prends-tu? La conscience de tous les prêtres et  évêques qui ont œuvrés au sein du Pontiac? N’importe qui peux mettre en écrit n’importe de quelle niaiserie sans offrir de documentation pour prouver ce qu’il – qu’elle dit est vrai.

Mme Séguin, pour qui te prends-tu? La conscience de tous les prêtres et  évêques qui ont œuvrés au sein du Pontiac? N’importe qui peux mettre en écrit n’importe de quelle niaiserie sans offrir de documentation pour prouver ce qu’il – qu’elle dit est vrai. J’ai de la misère à croire que Mgr William Joseph Smith ai prononcé de telles paroles vis-à-vis des francophones du Pontiac. Montre-nous le document officiel de tes « fameuses trouvailles ».
Depuis plusieurs années, tous les prêtres œuvrant dans les paroisses individuelles du comté de Pontiac parlent les deux langues officielles. Dans chaque paroisse il y a des anglophones ainsi que de francophones, alors chaque groupe assiste à des célébrations bilingues la plupart du temps. Dans certains
secteurs du comté de Pontiac, les anglophones sont majoritaires et le même cas s’applique à d’autres secteurs où les francophones le sont. Les deux langues officielles sont bien desservies non pas comme au Québec où seulement une des langues officielles est promue et exigée de tous. 
Tes accusations qu’en 2014 les cours de préparation pour la Première Communion n’étaient pas disponibles en français à Quyon sont factuelles mais tu as omis la raison. Mme… qui enseignait ces cours a eu un épisode de maladie sérieuse qui l’a empêchée de donner ces cours mais les enfants
concernés furent référés à Bristol, environ 12 km de Quyon pour poursuivre leurs cours en français, alors tes explications sont incorrectes. 
Nous sommes très bien desservis par le Diocèse de Pembroke. En passant,
les élèves fréquentant les écoles catholiques ontariennes appartenant au Diocèse de Pembroke apprennent leurs prières et assistent à la Sainte Messe
occasionnellement, pas du tout comme les enfants québécois qui n’ont plus d’écoles soi-disant catholiques mais linguistiques. En tous les cas, montre-moi tes preuves ou laisse tomber tes accusations.                                                 

Kathie Côté
Quyon