Fort Mc Murray – Peut-on encore nier les changements climatiques?

0
36

Notre Premier Ministre a fait l’annonce qu’il n’était pas opportun de faire une corrélation directe entre le désastre au Fort McMurray et les changements climatiques. L’année 2015 a battu tous les records en matière de températures enregistrées et il semble que 2016 prend le même chemin.

Notre Premier Ministre a fait l’annonce qu’il n’était pas opportun de faire une corrélation directe entre le désastre au Fort McMurray et les changements climatiques. L’année 2015 a battu tous les records en matière de températures enregistrées et il semble que 2016 prend le même chemin. Pourquoi nier alors le rôle climatique et le facteur aggravant qu’il joue dans cette affaire?
Les scientifiques s’entendent tous à dire que l’incendie qui a dévasté la région de Fort Mc Murray a concentré une combinaison de facteurs qui ont
contribué à favoriser une telle dévastation. Évidemment les incendies de forêts ne sont pas nouveaux mais aussi tôt au printemps c’est du jamais vu. Le manque de précipitations, un déficit neigeux, des températures très chaudes et du vent ont apporté les conditions parfaites pour ce cocktail incendiaire incontrôlable qui continue sa route vers le nord-est.
Le gouvernement canadien modère aujourd’hui son engagement envers sa lutte contre les changements climatiques pour ne pas dire revient sur sa position affiché à Paris lors de la COOP 21. Cette catastrophe a donné le cadre rêvé pour en finir avec les énergies fossiles et le gouvernement s’est désavoué. Le courage politique et la vision sur le long terme ont failli et l’opportunité n’a pas été saisie pour tout au moins donner la direction à suivre.
Ce déni en dit long sur la ruse politique qui est à l’œuvre à Ottawa. La nouvelle facture de 10 milliards de dollars sera ajoutée à celles que les Canadiens ont déjà payé avec la politique Harper qui a développé les sables bitumineux de l’Alberta pendant presque 10 ans. On veut ménager la chèvre et le chou, être brillant à l’international et rassurant pour nos compagnies pétrolières. La politique du double discours de M. Trudeau finira bien par lui jouer des tours.
Arnaud de la Salle