Les routes ne sont pas toutes des autoroutes.

0
37

Proposée au début des années 60 par Oswald Parent,  l’autoroute 50 devait relier l’Ouest du Québec aux Laurentides, soit à partir de l’Isle-aux-Allumettes, un parcours de 300 km
passant par Mirabel et se terminant à la 40 près de Joliette.

Proposée au début des années 60 par Oswald Parent,  l’autoroute 50 devait relier l’Ouest du Québec aux Laurentides, soit à partir de l’Isle-aux-Allumettes, un parcours de 300 km
passant par Mirabel et se terminant à la 40 près de Joliette.
L’inauguration officielle du dernier tronçon de la route a eu lieu en
novembre 2012.
Le climat général était à la réjouissance populaire et aux félicitations entre élus. Dans les circonstances il eût été un peu casse-pieds de rappeler que l’échéancier s’était étalé sur plus d’un demi-siècle, que le produit final avait été amputé de plus de 180 km, qu’il aboutissait après la fermeture de l’aéroport qui avait motivé sa construction et que l’on roule encore à 2 voies sur 100 km entre Buckingham et Mirabel. En fait les autorités nous ont annoncé d’une voix unanime l’ouverture d’une autoroute qui n’en était pas une sur 100 km.   Et malgré ce fait, les revendications pour terminer ce projet important sont devenues caduques et pour les plus perspicaces, il est évident que le dossier est fermé pour 40 ans.
Question de remettre les pendules à l’heure et de cesser la désinformation, je propose que le MTQ  adapte la signalisation à la réalité.  L’autoroute 50 se termine quelques km à l’est de Buckingham.  À partir de ce point, le MTQ ferait comme partout ailleurs au Québec et utiliserait la désignation 550 pour les 100 km à 2 voies qui suivent. Ce geste rappellerait aux usagers qu’ils ne roulent pas sur une véritable autoroute et à la population de l’Outaouais qu’il y a encore énormément de travail à faire pour compléter cette infrastructure et mettre l’Outaouais au niveau des autres régions.  S’il faut encore 40 ans pour compléter cette route, il est  plus urgent de ressusciter le projet que de lui chercher un nom.
Gérard Laurin
Gatineau