Les retraités réagissent aux réformes du gouvernement Couillard

0
23

Arnaud de la Salle

L’Association québécoise de retraités des secteurs public et parapublic et ses 30 000
membres, est la principale association indépendante de retraités des secteurs public et parapublic du Québec.  À la suite de

Arnaud de la Salle

L’Association québécoise de retraités des secteurs public et parapublic et ses 30 000
membres, est la principale association indépendante de retraités des secteurs public et parapublic du Québec.  À la suite de
l’ajournement des travaux de la dernière session parlementaire, l’AQRP trace un bilan plutôt sombre de la dernière année politique au Québec. Autant en matière de santé financière à la retraite que de tarification et d’accès aux soins de santé et aux services sociaux, les personnes retraitées et aînées des quatre coins du Québec commencent à sentir le sol s’écrouler sous leurs pieds.
La santé et la pérennité des régimes de retraite : le modèle québécois cloué au pilori?
L’AQRP réagit avec désolation à l’adoption de la loi no 3 favorisant la santé et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal. En légalisant la rupture de contrat et le retour sur les ententes passées, le
gouvernement Couillard contribue à diminuer la confiance des citoyens envers les élus et à
secouer la crédibilité des institutions québécoises.
« Permettre le partage des déficits passés par la suspension unilatérale des clauses d’indexation des régimes de retraite, en plus d’outrepasser les
limites de la moralité,
constitue un passeport automatique vers la perte du pouvoir d’achat des retraités. Si le gouvernement entend appliquer cette même logique au sein des universités et dans le secteur public, ce sera plusieurs centaines d’autres milliers de retraités et de familles québécoises qui en subiront les conséquences financières. Faudra-t-il aller devant les tribunaux pour faire respecter les droits des retraités québécois? Nous en examinons présentement la possibilité », a souligné M. Donald Tremblay, président de l’AQRP.
La réforme du système de santé : un déséquilibre entre la productivité et la qualité?
L’AQRP demeure sceptique quant aux retombées significatives de la réforme Barrette, car le regroupement forcé de structures proposé dans le projet de loi no 10 offre toujours peu de garanties en matière d’efficacité et d’accès amélioré aux soins. De plus, le dépôt du projet de loi no 20 suscite beaucoup de questionnements en raison de la dynamique pernicieuse susceptible de se développer entre les médecins omnipraticiens et leurs patients.
« En brandissant le bâton de la sorte, nous croyons que le ministre Barrette fait fausse route quant aux moyens qu’il utilise pour favoriser une plus grande accessibilité à un médecin de famille. La dynamique comptable de quotas s’applique-t-elle dans une relation médecin-patient?
Compte tenu du climat de confrontation actuel et de la volonté ferme du ministre de bousculer la culture dans le réseau de la santé, nous craignons que les soins soient déshumanisés et que les usagers soient pris en otage », poursuit le président de l’AQRP.
Perspectives pour 2015 : un souci particulier pour les personnes aînées
vulnérables?
Compte tenu des travaux de deux commissions sur la révision des programmes et de la
fiscalité au Québec, l’AQRP entend rester particulièrement vigilante quant aux hausses de
tarifs annoncées dans le réseau de la santé et
des services sociaux, de
même qu’aux modifications susceptibles d’être apportées aux divers
programmes, services et crédits d’impôt destinés aux personnes aînées.
Rappelons qu’au cours de l’automne, les mesures suivantes ont été mises de l’avant par le gouvernement Couillard : «  Nous avons vu la fin de la
gratuité et la hausse des tarifs de services ambulanciers pour les
personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi qu’une hausse de 650 % des tarifs de transport adaptés et de 86 % du coût des repas pour les personnes
en perte d’autonomie inscrites dans les hôpitaux et centres de jour. »
« Nous craignons maintenant une hausse substantielle des tarifs en hébergement de soins de longue durée, en ressource intermédiaire et en soins à domicile qui risquerait de déstabiliser encore davantage une clientèle plus à risque sur le plan financier. Nous invitons à la fois les ministres Barrette, Leitão et Coiteux à faire preuve d’un peu de sagesse et de compassion envers les personnes les plus vulnérables de notre société. Nous invitons
particulièrement la
ministre responsable des Aînés, Mme Francine Charbonneau, à assumer pleinement son rôle de porte-voix des aînés du Québec auprès de ses
collègues du Conseil des ministres et à se lever davantage pour se porter à notre défense. Nous demeurerons vigilants », a rappelé le président.