Les résidents fournissent des commentaires mitigés sur le plan régional pour les zones humides et l’eau

0
7

Sophie Demers

MRC DE PONTIAC – Le 21 septembre dernier, la MRC de Pontiac a organisé une consultation publique sur le Plan régional des milieux humides et hydriques. Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec a fait des milieux humides une priorité, exigeant que les MRC créent un plan qui assurerait une perte nette zéro des milieux humides.

Le ministère définit les milieux humides comme « tous les sites saturés d’eau ou inondés pendant une période suffisamment longue pour influencer la nature du sol ou la composition de la végétation. »

CREDDO a été engagé par la MRC pour créer le plan en 2020. Depuis, de nombreuses consultations et enquêtes ont été menées sur le sujet. Ils ont constaté que les principales préoccupations des Pontissois étaient le maintien et l’amélioration de la biodiversité, l’application de la réglementation et la qualité de l’eau.

Le plan concerne les terres privées et n’inclut pas les terres de la Couronne, les terres déjà protégées ou les zones appartenant à Hydro Québec. Il souligne la volonté de la MRC de protéger, de créer et de restaurer les milieux humides ainsi que d’assurer des utilisations durables. Les recommandations interdiront la destruction des terres humides sur les propriétés privées et imposeront des restrictions aux propriétaires quant à la façon dont ils peuvent développer leur propriété.

De nombreux propriétaires fonciers ont exprimé des inquiétudes quant à l’exactitude et au manque de détails montrant les milieux humides et aquatiques visés par le plan. Certains ont dit qu’il était difficile de savoir si leur propriété était visée, tandis que d’autres ont fait remarquer que certaines parties de leur propriété étaient considérées comme des terres humides sur la carte, mais ne l’étaient pas en réalité.

La MRC a reconnu la nécessité d’une meilleure carte et a indiqué que des révisions étaient en cours. Elle a fait remarquer que si un propriétaire foncier croit que la carte comporte des inexactitudes au sujet de sa propriété, il doit communiquer avec sa municipalité et demander à un biologiste agréé de déterminer si sa terre est considérée comme une terre humide ou non.

Des propriétaires fonciers ont également exprimé leur frustration à l’idée de devoir prouver que leur terre n’est pas une zone humide au lieu que la MRC prouve que leur terre est une zone humide, notant qu’ils ne seraient pas en mesure de développer leur propriété si elle est considérée comme une zone humide. La MRC a répondu en rappelant aux résidents que même avant la création du plan, tous ­les travaux sur les zones humides devaient être approuvés par le ministère de l’Environnement.

Les agriculteurs craignent que le nouveau plan n’affecte leurs activités et leurs entreprises. Un participant a déclaré qu’en raison du drainage inadéquat effectué sur la piste cyclable, des fossés inondés, de l’augmentation du tourisme nautique et de la mauvaise gestion de l’eau en général, une grande partie de son terrain est maintenant considérée comme une zone humide. Le présentateur de la consultation a fait remarquer que les propriétaires sont autorisés à gérer l’eau sur leur propriété par le biais de leur municipalité.

Un activiste environnemental qui était présent a déclaré qu’il était en faveur du plan parce que les règlements auront un impact positif sur l’environnement et aideront à lutter contre la surchauffe de l’eau dans la région. Un autre participant a voulu savoir comment la MRC s’assurera que les règlements seront appliqués. Le présentateur a dit qu’ils prévoient faire un suivi auprès des municipalités.

Le Plan régional des milieux humides et hydriques doit maintenant être approuvé par le Conseil des maires de la MRC de Pontiac avant d’être soumis en octobre.