Les plans pour la facilité d’Aqua du Pontiac vont de l’avant

0
4

La conception prévue des piscines à Fort Coulonge.

Maryam Amini

FORT-COULONGE – La préfete de la MRC de Pontiac, Jane Toller, a confirmé que le projet de la piscine du Pontiac (maintenant appelé la facilité d’Aqua du Pontiac) ira de l’avant ; la nouvelle a été annoncée lors de l’AGA de la piscine du Pontiac le 29 août. Mme Toller a déclaré que la première pelletée de terre aura lieu cet automne et que la construction commencera au printemps 2023.

Comme annoncé précédemment, la facilité sera située à Fort-Coulonge, pour assurer un emplacement central. L’installation intérieure comprendra deux piscines, l’une à quatre couloirs, suffisamment longue pour accueillir des compétitions de natation officielles, et l’autre axée sur l’hydrothérapie, avec une rampe qui conduira les nageurs dans les trois pieds d’eau environ, ce qui est parfait pour les personnes handicapées. La piscine peut même accueillir les nageurs en fauteuil roulant en leur permettant de rouler à l’intérieur. Le centre comprendra un espace communautaire et des bureaux pour les services de physiothérapie et de santé mentale.

Le Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) a déclaré que le Pontiac est la région la moins saine du Québec, en termes de maladies graves, de mortalité et d’espérance de vie. M. Toller croit que l’absence d’un espace d’exercice accessible toute l’année a entraîné une augmentation des niveaux d’obésité et des problèmes de santé connexes. La flottabilité de la piscine d’hydrothérapie permettra aux personnes de bouger et de faire de l’exercice d’une manière qu’elles ne pourraient pas faire autrement ; elle aidera également les personnes souffrant de perte musculaire ou d’ostéoporose, etc.

M. Toller a ensuite déclaré : « Il est très important d’apprendre aux enfants du Pontiac à nager, étant donné l’abondance des lacs et des rivières de la région. Actuellement, il n’y a aucun endroit ; au lieu de cela, ils sont transportés par bus à Pembroke, à grands frais. » Mme Toller a confirmé que sa vision comprend des cours de natation et une éducation à la sécurité pour tous les écoliers de la région.

Le centre, explique la préfete, fonctionnera comme un organisme à but non lucratif et les opérations seront financées par des frais d’utilisation à la carte. « Grâce à mes recherches sur les piscines publiques les mieux gérées, j’ai pu déterminer qu’il s’agissait de l’option la plus durable et la plus responsable. » Bien qu’elle n’ait pas été en mesure de fournir une estimation des niveaux de frais, elle a insisté sur le fait qu’ils resteront accessibles et abordables pour la communauté et ses besoins.

« Auparavant, le coût de ce projet devait être d’environ 7,6 millions de dollars et nous n’avons pas pu aller de l’avant. Maintenant, nous avons réussi à réduire les coûts à 6,5 millions. Une petite partie de l’argent, 200 000 $, sera versée par le FRR (Fonds régional rural) et je serai chargé de collecter des fonds pour le reste. Nous allons négocier avec CSSSIO, Hydro Québec et d’autres pour réunir l’argent
nécessaire », a-t-elle conclu.