CAQ annonce Corinne Canuel-Jolicœur comme candidate

0
3

Corinne Canuel-Jolicœur

Nikki Buechler

MRC DE PONTIAC – Le parti provincial actuellement au pouvoir, la Coalition Avenir Québec (CAQ), a nommé Corinne Canuel-Jolicœur comme candidate du parti dans le Pontiac pour les prochaines élections. La candidate a décrit plusieurs enjeux qui nécessitent une approche proactive, notamment les soins de santé.

« Il est impératif que nous maintenions un hôpital à Shawville », a-t-elle déclaré. « L’hôpital de Shawville est une priorité absolue. Il doit être décentralisé. Et les gens qui y travaillent, y compris le personnel non médical, doivent être mieux payés. »

Il existe d’autres stratégies importantes qui, selon Mme Canuel-Jolicœur, aideront le Pontiac. « Nous devons améliorer l’offre éducative et les opportunités économiques dans notre région, et cela passe par un développement accru de nos capacités et de notre infrastructure Internet. »

Éducation

Même si elle croit que les possibilités d’éducation doivent être améliorées dans la région, elle ne pense pas que le coût soit un problème. « Le Québec a l’éducation la moins chère du Canada », a-t-elle déclaré. Et elle ne croit pas non plus que la langue soit un problème : « Le projet de loi 96 a suscité quelques inquiétudes dans la communauté anglophone, mais je ne vois pas où est le problème. Les enfants anglophones peuvent toujours étudier en anglais – la communauté anglophone a toujours eu droit à cela. »

L’inscription au cégep n’est pas non plus un problème pour les anglophones, selon Mme Canuel-Jolicœur. « L’inscription des anglophones est déjà fixée à un nombre qui permet d’accueillir plus que le pourcentage de la population ayant droit à l’éducation en anglais », a-t-elle noté, ajoutant : « Nous devons protéger le français. »

Logement

Le logement est un autre enjeu important pour la candidate de la CAQ. « Tout le monde a besoin d’un endroit décent pour vivre. À travers la province, 1,8 milliard de dollars ont récemment été alloués à cette priorité. » Selon Mme Canuel-Jolicœur, « l’argent doit être distribué à la suite d’une analyse des besoins locaux. Il est important d’écouter les idées des gens », a-t-elle déclaré. (Voir article connexe, page 3)

Un autre référendum ?

Mme Canuel-Jolicœur n’est pas en faveur d’un référendum sur la séparation. « Je ne suis absolument pas en faveur d’un référendum. Je crois en un Québec fort au sein d’un Canada uni. »