CAQ annonce Corinne Canuel-Jolicœur comme candidate

0
163

Corinne Canuel-Jolicœur

Nikki Buechler

MRC DE PONTIAC – Le parti provincial actuellement au pouvoir, la Coalition Avenir Québec (CAQ), a nommé Corinne Canuel-Jolicœur comme candidate du parti dans le Pontiac pour les prochaines élections. La candidate a décrit plusieurs enjeux qui nécessitent une approche proactive, notamment les soins de santé.

« Il est impératif que nous maintenions un hôpital à Shawville », a-t-elle déclaré. «L’hôpital de Shawville est une priorité absolue. Il doit être décentralisé. Et les gens qui y travaillent, y compris le personnel non médical, doivent être mieux payés.»

Il existe d’autres stratégies importantes qui, selon Mme Canuel-Jolicœur, aideront le Pontiac. «Nous devons améliorer l’offre éducative et les opportunités économiques dans notre région, et cela passe par un développement accru de nos capacités et de notre infrastructure Internet.»

Éducation

Même si elle croit que les possibilités d’éducation doivent être améliorées dans la région, elle ne pense pas que le coût soit un problème. «Le Québec a l’éducation la moins chère du Canada», a-t-elle déclaré. Et elle ne croit pas non plus que la langue soit un problème : « Le projet de loi 96 a suscité quelques inquiétudes dans la communauté anglophone, mais je ne vois pas où est le problème. Les enfants anglophones peuvent toujours étudier en anglais – la communauté anglophone a toujours eu droit à cela. »

L’inscription au cégep n’est pas non plus un problème pour les anglophones, selon Mme Canuel-Jolicœur. «L’inscription des anglophones est déjà fixée à un nombre qui permet d’accueillir plus que le pourcentage de la population ayant droit à l’éducation en anglais», a-t-elle noté, ajoutant : «Nous devons protéger le français.»

Logement

Le logement est un autre enjeu important pour la candidate de la CAQ. «Tout le monde a besoin d’un endroit décent pour vivre. À travers la province, 1,8 milliard de dollars ont récemment été alloués à cette priorité.» Selon Mme Canuel-Jolicœur, «l’argent doit être distribué à la suite d’une analyse des besoins locaux. Il est important d’écouter les idées des gens», a-t-elle déclaré. (Voir article connexe, page 3)

Un autre référendum ?

Mme Canuel-Jolicœur n’est pas en faveur d’un référendum sur la séparation. «Je ne suis absolument pas en faveur d’un référendum. Je crois en un Québec fort au sein d’un Canada uni.»