Les Libéraux coupent au MFFP Trois employés perdent leur emploi en Outaouais

0
16

Allyson Beauregard (tr. L. T.)


Allyson Beauregard (tr. L. T.)

OUTAOUAIS – Le gouvernement Libéral de Philippe Couillard  a récemment imposé des réductions budgétaires significatives au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Ces coupes auront un impact important sur la gestion de la faune au Québec et sur les ressources scientifiques au MFFP.
“Le Conseil du trésor du Québec a demandé à plusieurs départements de faire des efforts pour réduire leurs dépenses.  Nous travaillons présentement sur nos budgets de dépenses courantes, que nous tenterons de réduire jusqu’à la fin de l’année     fiscale en mars 2015”,  déclarait Jacques Nadeau, porte-parole auprès des médias au MFFP.
Afin de réduire ses coûts d’opération, le Ministère a décidé de mettre fin aux contrats de plusieurs agents de protection de la faune. «À l’heure actuelle, 16 postes d’agents de protection de la faune ont été éliminés dans la province, dont trois en Outaouais (Maniwaki, Campbell’s Bay et Papineauville). 
Ils n’occupaient pas un poste permanent », expliquait M. Nadeau, qui affirme qu’aucune autre réduction de personnel n’est prévue jusqu’au mois de mars.
Les contrats de travail, les études et les projets reliés  à la faune dans la province ont aussi été touchés.
Par exemple, la Fédération des chasseurs et des pêcheurs (FdéCP) tenait récemment une consultation en ligne sur les ours noirs afin de développer un nouveau plan de   gestion pour cette espèce, mais le prochain plan de gestion de l’ours noir a été reporté à 2018 à cause des coupes, Mais M. Nadeau soutient que les réductions budgétaires n’auront pas d’impact important dans la province: : « En fait, rien ne va changer.  Nous allons fournir les mêmes services, mais avec moins de personnel. Les chasseurs et les pêcheurs ne devraient pas voir de différences dans le niveau de services »,       expliquait-il.
Cependant, plusieurs intervenants ne sont pas d’accord avec cette affirmation. Frédéric Lussier, directeur de la réserve      faunique La Vérendrye, expliquait que la diminution du nombre d’agents de protection de la faune provoquera une augmentation du braconnage dans toute la réserve, une diminution des poissons à cause du manque d’agents sur le terrain, une augmentation du nombre de camps illégaux et de plantations de cannabis et un manque de personnel pour le contrôle des nuisances causées par des ours et des chiens errants, entre autres.