Les entrevues du Journal Pascal Médieu – le candidat de Forces et Démocratie

0
13

Arnaud de la Salle

Place au candidat de Forces et Démocratie, M. Pascal Médieu. Le jeune quadragénaire du Pontiac a présenté son parti au Journal en expliquant comment F&D avait vu le jour. C’est en fait la

Arnaud de la Salle

Place au candidat de Forces et Démocratie, M. Pascal Médieu. Le jeune quadragénaire du Pontiac a présenté son parti au Journal en expliquant comment F&D avait vu le jour. C’est en fait la
réunion de 2 parlementaires issus du Bloc et du NPD, messieurs Jean François Fortin et Jean François Larose. Tous deux, déçus de ne pouvoir exprimer librement leur point de vue au sein de leur parti respectif, ont décidé de quitter leur
caucus et de former
un nouveau parti qui
placerait l’action des
parlementaires au cœur de leur politique. F&D se veut donc un parti à
l’esprit non partisan qui défend des valeurs régionalistes à travers 5 thèmes qui sont les suivants : décentralisation, dévelop-pement économique régional, démocratie participative, développement durable et développement social.
M. Médieu a répondu au panel de questions du Journal et voici donc ses positions. En ce qui
concerne le volet social, il est en faveur d’une bonification des pensions de retraites accompagnée d’une possibilité de
moduler l’accès à la retraite, à partir de 65 sans pénalité, permettant ainsi à ceux qui désirent continuer à travailler de le faire jusqu’à 67 ans et plus.  Pour le système de garde d’enfants, le candidat défend le système provincial et voudrait le
voir mieux soutenu. L’assurance-emploi doit être renforcée et doit retrouver sa formule
initiale avec la garantie qu’aucun gouvernement ne puisse venir se servir sans au moins un débat avec les parlementaires de la Chambre des communes.
Au niveau économique, le parti F&D prône la croissance durable dans une économie sociale avec une conscience environnementale. Dans le secteur touristique, par exemple il verrait la création de coopératives afin de
pouvoir diversifier l’offre et apporter des solutions aux communautés qui voudraient investir dans
ce secteur, mais cela
peut aussi s’appliquer à
la foresterie ou à
l’agriculture.
Au niveau constitutionnel, le candidat revendique une représentation proportionnelle mixte qui avantagerait les régions. Il n’est pas pour l’abolition du sénat mais pour une nomination non partisane  par un comité. Il défend cette institution car pour lui, elle donne une représentation aux provinces et c’est une bonne chose. Il est pour l’abrogation de la loi C-51 et appuie une réforme de la loi électorale pour revenir à une loi plus démocratique. Il est prêt à soutenir toute politique qui vise à combattre l’abus de pouvoir politique et défend l’idée d’indépendance des députés.
Pour les infrastructures, internet par exemple, c’est la responsabilité du
gouvernement fédéral d’investir à moyen terme dans ce genre d’infrastructure pour installer les bases du réseau et ensuite laisser la place à plus de concurrence entre les opérateurs pour répondre aux besoins des usagers. Pour les
infrastructures routières comme le pont Rouge, il s’engage à travailler sur un maximum de financement fédéral mais cette prérogative relève de la compétence provinciale pour le
projet de réparation.
Enfin pour terminer, le candidat Forces et Démocraties se porte garant du système de gestion de l’offre et souhaite protéger notre agriculture en discutant le contenu des traités de libre échanges. Pour lui, l’agriculture et la culture sont des secteurs où le protectionnisme est
fondamental.