Les chefs algonquins s’opposent à la décharge nucléaire

0
100
(De gauche à droite) Le chef Lance Haymond, le chef Dylan Whiteduck, la grande chef Savanna McGregor et la députée et co-chef du Parti vert Elizabeth May expriment leurs inquiétudes lors d'une conférence de presse à Ottawa au sujet d'un projet de site de déchets nucléaires près de la rivière des Outaouais.

Greg Newing

OTTAWA – Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Ottawa le 20 juin, les chefs algonquins ont fait part de leurs préoccupations concernant le projet de décharge nucléaire près de la rivière des Outaouais, à l’installation de Chalk River des Laboratoires nucléaires canadiens (LNC). Les chefs ont parlé des effets néfastes sur l’environnement et ont déclaré que les communautés algonquines n’avaient pas été suffisamment consultées au sujet de la construction de l’installation sur le territoire algonquin non cédé.

Les chefs Dylan Whiteduck, de Kitigan Zibi, et Lance Haymond, des Premières nations Kebaowek, la grande chef Lisa Robinson, du Secrétariat de la nation algonquine et de la Première nation de Wolf Lake, et la grande chef Savanna McGregor, du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg (AANTC), ont unanimement exprimé leur opposition au projet proposé, citant les risques environnementaux à long terme pour la rivière et les zones environnantes identifiés dans une étude d’impact menée par les Algonquins.

« Aucune communauté algonquine n’a jamais été consultée au sujet de la construction du site nucléaire de Chalk River ; on attend maintenant de nos communautés qu’elles acceptent les déchets générés par cette installation », a déclaré le grand chef McGregor.

Le projet proposé est une installation de stockage près de la surface (NSDF) qui abritera des déchets radioactifs dans des unités de stockage souterraines.  Le site proposé est situé à environ 1 km de la rivière des Outaouais, du côté ontarien, en face de la MRC de Pontiac. Bien que CNL affirme que les unités de stockage protégeront contre les fuites de contaminants radioactifs dans la zone environnante, les chefs estiment que le site est trop proche de la rivière et d’autres zones écologiquement sensibles pour constituer une solution viable à long terme pour le stockage des déchets.

« Nous n’avons reçu aucune explication satisfaisante sur les raisons pour lesquelles d’autres sites éloignés de la rivière n’ont pas été envisagés. À notre avis, une décharge n’a pas de sens pour des matières radioactives qui seront dangereuses pendant des milliers d’années », a déclaré le chef Whiteduck. Il a ajouté que cette question ne devrait pas seulement inquiéter les communautés algonquines, mais tousles habitants vivant le long de la rivière des Outaouais : « La rivière s’étend sur les deux rives du Québec et de l’Ontario, et les municipalités situées du côté québécois ne sont incluses dans aucun dialogue […] ce côté de la rivière va être fortement touché, de même que la ville de Gatineau. Je ne pense pas que les Québécois soient suffisamment sensibilisés à cette question. »

La députée et coleader du Parti vert Elizabeth May s’est également exprimée lors de la conférence de presse, ajoutant ses préoccupations quant au rôle de la société d’ingénierie SNC-Lavalin dans la gestion du projet en tant qu’actionnaire principal de CNL. La société a plaidé coupable de fraude en 2019.

Bien que les dirigeants algonquins s’opposent à la proposition actuelle, ils partagent le souci de CNL de trouver une solution à long terme pour les déchets, qui se trouvent actuellement dans des installations en surface jugées inadéquates pour un stockage continu : « Si [l’installation] devait être déplacée dans une zone ayant moins d’impact, nous voudrions très certainement l’envisager ; nous pensons que nous avons tous la responsabilité de gérer ces déchets. Mais nous ne pensons pas qu’ils devraient être enterrés à moins d’un kilomètre de la rivière des Outaouais », a déclaré le chef Haymond.La dernière audience pour les consultations publiques aura lieu le 10 août. Le Journal fournira d’autres mises à jour au fur et à mesure de l’évolution du dossier.