Le Syndicat CSN des employé(es) du Pavillon du Parc insatisfait et inquiet

0
32

Arnaud de la Salle


Arnaud de la Salle

Pontiac – Le syndicat des employé-e-s du Pavillon du Parc affilié à la FSSSCSN désire faire connaître son insatisfaction concernant l’application des restrictions budgétaires par le CISSSO dans les services destinés aux personnes atteintes de déficience intellectuelle et de trouble du spectre de l’autisme dans l’Outaouais. Les coupures budgétaires imposées depuis le printemps 2015 confirment les craintes du syndicat. Les besoins spécifiques de la clientèle ayant une déficience intellectuelle et des troubles du spectre de l’autisme sont secondarisés. Les services régionaux ont été particulièrement affectés depuis le 1er avril 2015, date à laquelle le Pavillon du Parc a été intégré dans la structure du CISSSO.
 En août 2015, les résidences de Maniwaki et Fort-Coulonge ont été fermées. En 2013, les résidences de Masham et Papineauville avaient été fermées. Il reste onze résidences en opération qui regroupent de plus en plus de personnes ayant des troubles graves du
comportement. En huit mois, le syndicat a recensé 46 agressions d’usagers envers le personnel.
 Au printemps, le point de service de Cantley-Des Collines a été fermé. Six postes à vocation régionale ont aussi été abolis.
En février, un poste
de travailleuse sociale à Buckingham, au printemps un poste d’agent d’intégration ainsi qu’un poste
éducateur à Aylmer et à
l’automne, deux postes APPR (agent de planification, programmation et recherche), un poste SAC (spécialiste en activités
cliniques) et un poste
de psychoéducatrice à Buckingham. Ces coupures touchent directement la qualité des services rendus à notre clientèle déjà
vulnérable.
Le syndicat désire
aussi dénoncer certaines
politiques du CISSSO – Pavillon du Parc. Pour Michel Rossignol, président du syndicat : « Nous déplorons le refus du CISSSO-Pavillon du Parc de considérer une personne détenant un baccalauréat en travail social pour occuper un poste de technicien en assistance sociale. Si une infirmière bachelière a le droit d’occuper un poste d’infirmière qui requiert une technique, de la même façon, une psychoéducatrice a le droit d’occuper un poste d’éducatrice spécialisée. Depuis quand un établissement refuse-t-il un candidat parce qu’il a des études supérieures aux exigences d’un affichage de poste? Nous désirons par le fait même porter à votre attention que les tâches assumées par les techniciens en assistance sociale proviennent des tâches déjà assumées par les autres
travailleurs sociaux, à l’exception des actes réservées selon la loi 21. Il n’y a
donc aucune logique à cette façon de procéder. L’application de cette
politique implique de retirer le personnel faisant déjà ces tâches depuis quelques années pour les confier à
de nouveaux employés et,
tout cela, sans faire
d’économies. » Michel Rossignol déplore aussi une nouvelle politique
mise en place par le CISSO-Pavillon du Parc
concernant le travail effectué par les employées de la liste de rappel. « Depuis plus de vingt ans, les centres de jour du CISSSO Pavillon du Parc ferment pendant deux semaines pour les vacances d’été et pendant le temps des Fêtes. Depuis toutes ces années, les employé-es de la liste de rappel qui remplacent les employé-es absents à long terme prennent alors leurs vacances et reprennent leur remplacement par la suite. Depuis juillet 2015, la
direction du CISSSO Pavillon du Parc met fin à leurs remplacements pendant ces périodes de congé et procède à de nouveaux remplacements au retour de ces périodes de congés. Il s’ensuit donc un changement de personnel. C’est une procédure inutile qui a des effets néfastes sur la stabilité du service donné aux usagers de ces services. Encore là, il n’y a aucune économie monétaire,”
a-t-il conclu.