Le Journal et l’Office L’OLF continue d’exiger la ségrégation linguistique

0
13

Le Journal aimerait remercier tous les lecteurs qui nous ont fait parvenir des

Le Journal aimerait remercier tous les lecteurs qui nous ont fait parvenir des
messages pour protester contre la décision arbitraire de l’Office de la langue française d’exiger la création de « sections » linguistiques dans notre publication. Des lettres de soutien au Journal ont aussi été envoyées à notre député provincial, André Fortin, dans l’espoir qu’il contribuerait à faire changer cette décision de l’Office, qui a pour effet d’empêcher le Journal de refléter la réalité de nos deux communautés linguistiques. Au moment d’aller sous presse, M. Fortin n’a donné aucune indication qu’il comprenait la situation et il n’a offert aucune aide pour résoudre cette difficulté.
L’absurdité de la décision de l’Office est basée sur l’imprécision de la Loi et apparaît clairement dans la correspondance échangée avec le Journal. Dans une lettre reçue le 5 mai, une agente de l’OLF déclare clairement que « le terme ‘section’ n’est pas défini dans la Charte de la langue française, bien que le principe ait été reconnu par les tribunaux.  Nous considérons qu’un journal possède des sections clairement délimitées lorsque le contenu en français est séparé du contenu dans une autre langue. »
Nous avons fait valoir que les différentes sections devrait être basées sur leur contenu, soient les nouvelles, les éditoriaux, les lettres, les items promotionnels, etc., ce qui nous
permettrait de présenter l’information dans un contexte plus naturel. L’Office a insisté pour que les « sections » soient basées
exclusivement sur la langue, ce qui, à notre avis, constitue une ségrégation linguistique.
Dans une autre lettre datée du 15 mai 2015, la même agente déclare, en réactions aux changements apportées dans notre
édition du 6 mai dernier « qu’en aucun temps l’Office ne vous a demandé de créer des sections linguistiques distinctes dans votre journal ».
Dans le paragraphe suivant, elle continue: « notre vérification révèle que les publicités contenues dans la section française et dans la section anglaise sont conformes aux dispositions de la Charte de la langue française …  certaines publicités contenues dans la
section bilingue ne le sont pas… ».
Il semble que l’Office continue à modifier son interprétation de la Loi et continue à passer le Journal au peigne fin afin de
vérifier si nous nous soumettons à une
interprétation arbitraire d’une loi vague. En fin de compte, l’attitude de l’Office a des effets négatifs pour les deux langues, pour nos lecteurs et nos communautés, qui partagent le même désir de voir nos deux cultures fondatrices unies et non pas séparées.
Veuillez continuer à nous faire parvenir vos messages d’appui et faites-les aussi
parvenir à …
MNA André Fortin: andre.fortin.pont@assnat.qc.ca;
FAX: 819 648-2448
Mme Hélène David, ministre responsable de la promotion et de la protection de la langue française:
(fax:  418 380-2311)
Office de la langue française:
Tel: 888-873-6202: Fax: 514 873-3488
Lynne Lavery
Directrice générale
Journal du Pontiac