Le groupe tactique d’intervention se prépare à l’action

0
31

Allyson Beauregard


Allyson Beauregard

CAMPBELL’S BAY – Le nouveau groupe tactique d’intervention économique du Pontiac tenait sa première rencontre aux bureaux de la MRC le 27 mars dernier.  Le groupe d’environ 40 personnes comptait des représentants des entreprises de la région, plus d’une douzaine d’organismes gouvernementaux, des élus, dont le député André Fortin et le préfet de la MRC, Raymond Durocher.
L’objectif de ce groupe est d’accélérer le traitement des dossiers économiques en réduisant les temps d’attente dus aux règlements trop nombreux et à la bureaucratie. Comme l’expliquait M. André Fortin, cette première rencontre avait pour but de présenter les partenaires et de mettre sur la table les objectifs et le modus operandi du groupe tactique d’intervention.
Les dossiers soumis vont continuer à être dirigés vers Investissement Québec ou vers la MRC de Pontiac et seront ensuite présentés pour analyse aux sous-groupes. Ces sous-groupes ot été formé pour se concentrer sur  les secteurs
de l’agriculture, de la fabrication, de la foresterie et d’autres secteurs. Les membres de chacun des sous-groupes peuvent aussi présenter des projets et les projets déjà à l’étude sont redirigés vers les sous-groupes qui détermineront les prochaines étapes de leur développement.
M. Fortin faisait remarquer que la grande partie du travail d’analyse et d’évaluation des projets sera réalisée par les sous-groupes.
« Le grand groupe fournira les orientations générales. Nous y discuterons entre autres de ce qui fonctionne bien et moins bien, de comment améliorer le
fonctionnement du groupe tactique », déclarait-il.
Le grand groupe se réunira environ une fois par mois tandis que les sous-groupes se rencontreront plus fréquemment : « Nous sommes seulement le deuxième groupe tactique d’intervention dans la province, alors il y a plusieurs éléments à découvrir. Par exemple, si dans l’exemple du Lac St-Jean où le premier groupe a été formé, ils se sont aperçus que le grand groupe se réunissait trop souvent et le sous-groupe pas assez », expliquait M. Fortin au Journal du Pontiac.
Le préfet Durocher, qui a exprimé à maintes reprises que le Pontiac évolue
maintenant dans « les ligues majeures » depuis la création du groupe tactique d’intervention, se déclarait confiant que le groupe est en mesure d’améliorer la situation économique de la région. Quoiqu’il reste beaucoup de travail à accomplir, il se dit convaincu qu’il s’agit d’un exercice valable.
                              (Tr. LT)