Le domaine des dieux du Pontiac

0
18

« Magnifiques lots à vendre à Luskville. » Qu’ils disent sur leur site. « Construisez votre maison de rêve dans un milieu enchanteur et paisible, à quelques pas du sentier des chutes de Luskville. » Qu’ils disent sur leur site.


« Magnifiques lots à vendre à Luskville. » Qu’ils disent sur leur site. « Construisez votre maison de rêve dans un milieu enchanteur et paisible, à quelques pas du sentier des chutes de Luskville. » Qu’ils disent sur leur site.
« Venez admirer les majestueuses montagnes du parc de la Gatineau, vous en aurez le souffle coupé ! » Qu’ils disent sur leur site. Mes irréductibles ancêtres gaulois se retournent probablement dans leur tombe à constater que finalement, on ne refera pas l’histoire : c’est bien les Romains qui ont gagné !
Sommes-nous à ce point désespérés que nous nous lancions tête baissée dans de tels projets de développement ? C’est clair qu’après la rumeur de la construction d’une prison dans le Pontiac, le méga-gigantesque projet de
parc technologique à Mansfield-et-Pontefract, le dépotoir de déchets radioactifs sur les berges de notre belle rivière Outaouais – qu’on m’assure totalement sécuritaire alors qu’un système de recyclage n’est pas même pas encore complètement implanté dans nos municipalités si soucieuses de l’environnement -, c’est clair qu’après tout ça, le développement résidentiel semble finalement offrir la solution de choix dans l’étalage du mauvais goût.
Et puis, finalement, le résidentiel n’offre-t-il pas à nos municipalités cette niche financière tant nécessaire à la réhabilitation de la région alors que les taxes foncières, sources intarissables de revenus faciles, augmentent de façon exponentielle pour des services qui, eux, ne semblent pas suivre la même courbe ?
C’est par les collines de la Gatineau que l’on découvre la majesté du Pontiac. Les chutes de Luskville, attraction touristique par excellence, sont l’un des joyaux naturels de la région. Il y a de cela quelques années, il existait une petite écurie qui vous permettait de découvrir sur les sentiers équestres les splendeurs du Parc de la Gatineau et c’est bien vrai qu’elles étaient à couper le souffle. Il y a de cela quelques années, l’écurie était fermée; on évoquait alors la préservation de ces mêmes splendeurs. Ainsi donc, quelques randonneurs à cheval seraient bien plus dangereux qu’une quarantaine de lots résidentiels.
Au bord du Parc de la Gatineau, sur un site encore enchanteur et toujours paisible, à quelques pas en effet du très prisé sentier des chutes de Luskville, là où les gens vont pour échapper à la ville, là où les gens vont pour observer un petit coin de paradis, là où les gens vont pour retrouver un peu de sérénité et de tranquillité, se construiront donc très bientôt de gigantesques maisons dont les taxes foncières aideront certainement nos municipalités à se refaire une petite santé.
Peut-être cela permettra-t-il à tous de bénéficier de plus nombreux services de meilleure qualité ? L’offre est alléchante, j’en conviens. Bon nombre de Gaulois n’ont-ils pas décidé d’habiter dans le domaine des dieux ? Mais je fais partie des irréductibles qui ne se demandent pas juste comment faire de l’argent, mais pourquoi et surtout à quel prix. Pendant que le domaine des chutes se construit, les chutes, elles, ne perdent-elles pas de leur valeur ?

Dominique BOMANS
Éditorialiste Invitée
Guest Editorialist