Le développement de la garderie pontiac dans les limbes au milieu du retour en arrière du gouvernement

0
162

Tashi Farmilo

Initiative de journalisme local

Le développement prévu de la garderie de Pontiac fait face à l’incertitude, les récents changements gouvernementaux la mettant en péril.
Dans une entrevue accordée à CHIP FM, le député de Pontiac, André Fortin, a exprimé des appréhensions quant à l’arrêt de l’initiative tant attendue des services de garde. En mars 2022, le gouvernement a autorisé l’achat de places supplémentaires en garderie pour le CPE 123 Picabou, ce qui impliquait l’achat d’une maison préfabriquée pour une nouvelle parcelle de terrain.

Cependant, l’exécution ne s’est pas bien déroulée. Le processus d’appel d’offres du gouvernement a trébuché, avec deux tentatives de retour des offres dépassant leurs estimations. Par conséquent, le projet a été mis de côté, laissant les familles, y compris les membres essentiels de la main-d’œuvre comme les infirmières et les enseignants, aux prises avec des alternatives de garderie limitées.

« Cela laisse Pontiac face à une pénurie d’espace dans les garderies dans un avenir prévisible, ce qui amène de nombreuses personnes, y compris des professionnels de la santé, à reporter leur retour au travail. Ce problème s’étend également à d’autres régions, touchant 43 garderies. Le Parti libéral a toujours cherché à obtenir des réponses du gouvernement de la CAQ, tant à l’Assemblée que dans les médias. Pourtant, l’avenir demeure incertain », a déclaré M. Fortin.

M. Fortin a souligné la surveillance exercée par le gouvernement de dépendre exclusivement de cette seule entreprise pour répondre aux besoins en matière de services de garde. Comme Pontiac s’intéressait à ce projet, elle ne pouvait pas participer à d’autres projets potentiels. La conversation a également mis en lumière le favoritisme du gouvernement à l’échelle du modèle des DÉC, une installation à large spectre, mettant de côté les solutions à domicile. Bien que réputés pour leurs soins cohérents et de haut niveau, les défis actuels reflètent ses vulnérabilités.

« Le retard du projet n’a pas tenu compte d’autres possibilités viables », a déclaré M. Fortin. « En attendant ces appels d’offres, le gouvernement a mal évalué les exigences de la région. Leur analyse, axée sur les 60 places, a jugé que le Pontiac était bien équipé en matière de services de garde, empêchant involontairement d’autres projets qui auraient pu combler l’écart actuel », a-t-il ajouté.

Carole St-Arnaud, directrice générale du CPE 1-2-3 Picabou, a expliqué que leurs garderies ont divers espaces subventionnés dans différents sites et ont obtenu un terrain à Shawville pour l’installation de 60 places, avec 10 places désignées pour les nourrissons. Cependant, la dotation en personnel demeure un obstacle et elle dépend fortement du personnel de remplacement sur appel.

En réponse, Catherine Pelletier, agente de communication pour le Cabinet de la ministre de la Famille, a souligné l’engagement de la CAQ envers le réseau de la petite enfance depuis 2021. Soulignant leurs nombreuses initiatives et les progrès réalisés dans la création de nouveaux espaces, elle a conseillé de contacter directement le ministère pour plus de détails.

M. Fortin demeure inébranlable, affirmant qu’il accordera la priorité à la question lors de la prochaine session de Québec.