Le syndicat des enseignants de la CSSHBO vote en faveur de la grève

0
120

Greg Newing
Initiative de journalisme local            

Les membres du Syndicat du personnel de l’enseignement des Hautes-Rivières (SPEHR) ont voté à 99,1 % en faveur d’une grève lors d’une assemblée générale le 25 septembre. Le syndicat représente environ 300 enseignants du Centre de services scolaires des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (CSSHBO) et est affilié à la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE) et à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

Le vote du SPEHR fait suite à celui de cinq autressyndicats d’enseignants qui ont également voté récemment en faveur de la grève, dont le Syndicat des professionnelles et professionnels de l’Ouest du Québec anglophone (SPPOQA) qui représente les enseignantes et enseignants de la Commission scolaire Western Québec. La grève s’inscrit dans le cadre d’un mouvement syndical plus large qui plaide pour de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail pour les travailleurs du secteur public partout au Québec.

Dans une entrevue accordée à la radio CHIP FM, le président du SPEHR, Daniel Boisjoli, a déclaré que les mauvaises conditions de travail, les salaires qui ne répondent pas à la hausse de l’inflation et les coupes dans le régime de retraite des employés publics (RREGOP) sont parmi les principales raisons pour lesquelles le syndicat a décidé de faire grève.

« Les résultats parlent d’eux-mêmes. La détermination du personnel enseignant à obtenir de meilleures conditions de travail a été clairement exprimée par ce vote et nous espérons qu’il enverra un message fort qui débloquera les négociations », a déclaré M. Boisjoli. Il a déclaré que le gouvernement offre actuellement une augmentation de salaire de 9% au cours des 5 prochaines années, mais cela ne permettra pas de suivre l’inflation qui a augmenté de 6,7% en 2022 seulement.

Il a ajouté que la grève ne concerne pas seulement les négociations salariales, mais aussi des questions sociales plus larges comme l’égalité des sexes. « 80 % des travailleurs de la fonction publique au Québec, y compris le personnel enseignant, sont des femmes. Pour un gouvernement qui se dit féministe, leur offre actuelle est un grand pas en arrière dans les conditions de travail des femmes », a-t-il déclaré.

Aucune date n’a été annoncée pour la grève, mais M. Boisjoli a déclaré que cela pourrait se produire dans les semaines ou les mois à venir. Il a dit qu’il s’agira d’une cessation des services pendant les heures de classe et il est convaincu qu’il aura un large soutien.

Parmi les solutions proposées par le SPEHR, il y a l’amélioration des services aux élèves pour alléger la charge de travail des enseignants et mieux intégrer les nouveaux élèves, des ratios enseignant/élèves plus équilibrés et une plus grande autonomie professionnelle pour le personnel enseignant. « Nous savons qu’il y a une pénurie de personnel maintenant, mais nous devons trouver des solutions à long terme pour attirer de nouveaux enseignants dans la région et les encourager à suivre une formation adéquate pour offrir la meilleure éducation possible », a déclaré M. Boisjoli.

Dans une autre entrevue avec CHIP FM, le président de la CSQ, Éric Gingras, a fait écho aux préoccupations de M. Boisjoli et a déclaré que l’amélioration des salaires et des conditions de travail est particulièrement importante pour le Pontiac compte tenu de sa distance de la ville et de sa proximité avec l’Ontario où des salaires plus élevés sont offerts. M. Gingras a souligné que la présidente du Conseil du Trésor du Québec, Sonia LeBel, a récemment annoncé qu’elle espérait un mouvement dans les négociations avec les syndicats de travailleurs du secteur public. Bien qu’il ait fait remarquer qu’il n’y a pas encore eu de percée majeure dans les négociations cette année, M. Gingras espère qu’un accord pourra être conclu rapidement pour éviter une grève générale. « Nous attendrons de voir si nous devons faire grève, mais ce n’est pas ce que nous voulons », a-t-il conclu.