L’administration centralisée du CISSSO laisse tomber le Pontiac

0
198

Une lettre ouverte à M. Christian Dubé, Ministre, Ministère de la Santé et des Services Sociaux

En 2015, le CSSS du Pontiac a été inclus, avec 5 autres hôpitaux, dans la centralisation des soins pour créer le CISSS de l’Outaouais. La majorité des postes de gestionnaires ainsi que les responsabilités financières ont été rapatriés à Gatineau. Avant la fusion, sous l’administration locale, le CSSS Pontiac était le seul centre hospitalier en Outaouais à savoir équilibrer son budget, avec le moins grand nombre de gestionnaires par capita.  Depuis, en plus de perdre l’indépendance administrative locale et le contrôle financier de nos besoins, nous percevons une diminution des services offerts à notre population.

  1. Le service d’obstétrique est fermé, et il est peu probable qu’il va rouvrir, malgré les promesses du CISSSO qu’il s’agit d’un dossier prioritaire.
  2. Les chirurgies de cataractes et les suivis de celles-ci ont été progressivement transférés en ville.
  3. Une absence de consultants en gynécologie, gastro-entérologie et urologie.
  4. Une importante réduction en endoscopie.

Il n’est pas clair si ceci est exécuté de façon volontaire, ou simplement un grand échec de la gestion centralisée du CISSSO. Les gestionnaires locaux qui demeurent toujours en place ont d’immenses responsabilités afin d’assurer les soins à notre communauté. Tout récemment, l’équipe administrative locale a pu :

  1. Résoudre la pénurie des inhalothérapeutes, garantissant que la salle d’opération reste ouverte.
  2. Éviter la fermeture des 2 salles d’urgence en raison de la pénurie des médecins urgentologues.Des solutions doivent exister pour assurer des services en milieux ruraux. Le gouvernement devrait donner un mandat clair à ses CISSS, afin de rétablir les soins appropriés chez nous et dans d’autres communautés rurales.

Dr. Thomas C. O’Neill
F.C.F.P., C.C.F.P. ( FPA)
Professeur-adjoint, Faculté de médecine, Université McGill