La région durement atteinte par la tempête !

0
25

André Macron

CAMPBELL’S BAY, le 24 juillet 2013 – De l’Isle-aux-Allumettes, en passant par Mansfield, Otter Lake ou Bristol, une grande partie du Pontiac a été durement touchée par la tempête de vent du 19 juillet dernier.


André Macron

CAMPBELL’S BAY, le 24 juillet 2013 – De l’Isle-aux-Allumettes, en passant par Mansfield, Otter Lake ou Bristol, une grande partie du Pontiac a été durement touchée par la tempête de vent du 19 juillet dernier.
Le Parc des Chutes Coulonge en aura subi les violences de plein fouet. D’après Jean-François Dubois, le directeur du Parc des Chutes, ce sont près de 500 000 $ de dommages, perte de revenues et coûts de reconstruction qui ont été causés par les vents dévastateurs qui ont frappé la région. À peine quelques secondes avant les puissantes bourrasques, une jeune fille jouait encore dans les structures pour les enfants qui ont été totalement détruites ce jour-là.
Aujourd’hui, le directeur du parc nous assure que les zones ouvertes au public sont tout-à-fait sécuritaires et que la sécurité reste bien sûr l’une de leurs principales priorités. Martin Boucher, un ingénieur forestier travaillant pour le Groupement Forestier, a été mandaté pour constater l’étendue des dégâts et évaluer les risques. Il est notamment chargé d’émettre des recommandations et de programmer l’abattage des arbres estimés dangereux afin de sécuriser le site.
À l’heure où nous nous parlions, Jean-François Dubois ne savait pas encore dans quelle mesure l’avenir du parc pouvait être remis en question tant les dommages étaient conséquents : structures pour enfants complètement détruites, parcours à obstacles fortement endommagé, parcours des 9 tyroliennes endommagé également… En tout, ce sont plus des deux tiers du parc ont subi des dégâts importants. En outre, la majorité des étudiants engagés pour la saison ont dû être mis à pied. Par chance, la maison principale et les différents abris auront pu être préservés.
Au cœur de la crise, une réunion d’urgence du conseil d’administration a été organisée. Suite à l’évaluation de l’ingénieur forestier, de nombreuses décisions seront prises quant aux nouvelles orientations à privilégier : parc d’eau, mini-golf et autres projets sont en attente. Et même si personne n’a été blessé durant la tempête, le processus d’évacuation des lieux en cas d’urgence devrait être revu et amélioré.
Selon les dires du directeur, la MRC de Pontiac aurait fait une requête pour que le site du parc des Chutes soit considéré comme une zone sinistrée, le site en tant que tel appartenant à la MRC. Contactés à ce sujet, ni M. Rémi Bertrand ni M. Raymond Durocher ne se sont encore prononcés. M. Dubois espère, quant à lui, que tous les arbres du site ne devront pas être abattus. Déjà la communauté se mobilise puisqu’une collecte de fonds, organisée par Horizon X et Esprit Rafting (en bas), a été organisée le 5 août dernier afin d’aider le parc des Chutes.
Outre le site des Chutes Coulonge, c’est tout Fort-Coulonge qui a été sévèrement touché. Au lendemain de la tempête, les dégâts étaient visibles un peu partout sur la rue Principale. Des pins centenaires se sont brisés, causant dans leurs chutes des dommages importants. M. Raymond Durocher précisait à cet effet que des experts se prononceraient prochainement sur l’éventuelle coupe des pins restants dans le but de diminuer les risques. Pour ce qui est de l’esthétique de la rue Principale,  « rien ne nous empêche de replanter des arbres », déclarait le maire de Fort-Coulonge.
Au Québec, ce sont 560 000 abonnés qui se sont retrouvés sans électricité, certains pour plusieurs jours durant.