La population élira son prochain préfet

0
15

Allyson Beauregard


Allyson Beauregard

CAMPBELL’S BAY – Lors de prochaines élections municipales en novembre prochain, les électeurs auront une case supplémentaire à remplir sur leur bulletin de vote. En effet, au cours de leur rencontre administrative du 7 mars dernier, 13 maires de la MRC de Pontiac, représentant 75% de la population, se sont prononcés en faveur de l’élection au suffrage universel de leur prochain préfet. La MRC de Pontiac devient ainsi la 16e MRC au Québec, et la deuxième en Outaouais, à privilégier cette façon de choisir son préfet (Jusqu’ici, c’étaient les maires de la MRC qui élisaient un des maires du conseil des maires de la MRC au poste de préfet).
Cependant, cette décision aura ses coûts. En plus d’un coût estimé à 80 000$ pour l’élection du préfet à tous les quatre ans, la MRC devra aussi verser un montant additionnel d’environ 35 000$ en salaire au nouveau préfet à temps plein.
Le préfet Raymond Durocher, qui clame depuis longtemps que « le statu quo n’est pas une option pour le Pontiac », a accueilli favorablement cette décision, qu’il décrit comme un bon investissement et une bonne décision pour l’avenir.
Cette question est sur la table depuis plusieurs années. M. Durocher souligne qu’un préfet élu pourra consacrer tout son temps à son rôle de préfet plutôt que de se retrouver dans la situation actuelle où le préfet doit aussi assumer les responsabilités du poste de maire de la municipalité qu’i représente.
« Le préfet élu par la population représentera toutes les municipalités du Pontiac, aussi bien à l’intérieur qu’en dehors de la MRC. Elle ou il sera un agent de développement, qui mobilisera toutes nos ressources afin de faire avancer nos projets prioritaires », déclarait M. Durocher dans un communiqué de presse.
Selon une étude réalisée par la MRC de Pontiac en 2016, la décision d’élire le préfet au suffrage universel a donné des résultats probants dans d’autres régions. La plupart des instances consultées déclaraient qu’elles ne voudraient pas retourner à l’ancien système et que l’efficacité des ressources et les bénéfices financiers avaient été accrus.                  (Tr. LT)