La grève se poursuit

0
126

Carl Hager

AYLMER:   Par un matin humide et morne du 22 novembre, environ 200 enseignants ont fait du piquetage au centre-ville d’Aylmer, à l’intersection de Wilfrid-Lavigne et de la rue Principale, dans le but d’envoyer un message au gouvernement de la CAQ. Des enseignants d’une multitude d’écoles, dont certains du Pontiac, ont marché sur les trottoirs de la rue Principale. Des mesures de piquetage ont également eu lieu dans tout le Pontiac. Il s’agissait de la deuxième de trois jours de grève du Front commun en Outaouais.

Les enseignants sur la ligne de piquetage se sont dit préoccupés par le fait que le gouvernement Legault ne les écoute pas. Ils croient que le gouvernement n’est pas intéressé par une éducation publique de qualité. Corinna Chaudary, de l’école Lord Aylmer, a fait écho à une remarque souvent entendue : « Je ne veux pas être ici pour faire cela, mais je n’ai pas le choix. Je préférerais être en classe pour aider mes élèves. Mais le gouvernement n’écoute pas ce dont nous avons besoin ».

Les professionnels des institutions publiques, qu’il s’agisse d’écoles ou d’hôpitaux, disent qu’ils ont besoin de meilleures ressources pour bien faire leur travail. « Nous avons besoin de plus de gens ; nous devons attirer et garder des professionnels enthousiastes à rester ici au Québec en offrant des salaires décents qui sont compétitifs par rapport aux salaires que l’on trouve dans le reste du Canada », a déclaré Micheline Gravelle, qui travaille en éducation infirmière au Centre d’éducation des adultes à Aylmer.

Une autre enseignante, Lucy Tremblay, a fait remarquer : « Ceux qui prennent les décisions n’ont jamais passé une journée à travailler dans une salle de classe. Le ministre de l’Éducation a déclaré publiquement que les enseignantes et enseignants de maternelle se contentent de jouer et de faire la sieste avec leurs élèves. Il ne comprend pas à quel point cette première année de scolarité est vitale pour les enfants.

Carolyn Weir, Caroline Marion et Natasha Corriveau, qui enseignent à l’école secondaire Sieur-de-Coulonge, ont dit qu’il était nécessaire d’être sur la ligne de piquetage. Mme Weir a déclaré : « Le gouvernement ne répond pas aux besoins de nos élèves. Il y a tellement d’étudiants spéciaux qui ont besoin d’une attention spécialisée.  Il semble que le gouvernement ne valorise pas l’éducation comme il le fait dans d’autres pays ».

Kim Drummond a déclaré : « On s’attend à ce que nous obtenions plus, mais nos ressources diminuent. » Catia Valela, professeure d’anglais de 7e année, a déclaré qu’elle aimait son travail, mais qu’elle était frustrée par la façon dont le gouvernement a répondu aux demandes des enseignants. « Nous sommes apparus pendant les années Covid et avons été traités de héros. Maintenant, nous ne valons rien ».

Les actions de grève s’intensifient alors que certains groupes d’enseignants dans les grands milieux urbains ont été en grève indéfiniment à partir du 23 novembre. Raffi Khan, qui enseigne à l’école secondaire Philemon Wright, l’a résumé en disant : « Investir dans une éducation de qualité maintenant est un investissement pour un avenir meilleur. » Un appel à la conciliation, un effort pour ramener les deux parties à la table des négociations, a été jusqu’à présent infructueux.