La destruction de la PPJ toujours sous enquête

0
32

Allyson Beauregard
 

Allyson Beauregard
 
LITCHFIELD – La destruction d’un ponceau récemment réparé sur la piste PPJ près du chemin Moorehead est toujours à l’étude alors que les ingénieurs et l’entrepreneur tentent d’identifier le problème et de déterminer qui est responsable de le réparer. Lors de la réunion du Conseil des maires le 20 juin, les maires ont décidé de demander un avis juridique si une solution ne pouvait être trouvée par les parties. 
La question avait d’abord été débattue lors de la réunion de la MRC en mai, lorsque le Conseil a décidé de demander l’avis d’un « tiers » (l’ingénieur) sur le problème. À l’époque, la préfète Jane Toller avait déclaré que la réparation du ponceau était une priorité tant pour la sécurité des usagers que pour la saison touristique. Elle a dit que le lessivage s’était produit pendant le dégel printanier lorsque l’eau a contourné le ponceau plutôt que de le traverser. Selon M. Gabriel Lance, directeur général adjoint de la MRC, la glace et la neige dans le remblai qui entourait le ponceau sont aussi une cause possible des dégâts.
 Le Conseil avait octroyé un contrat de 85 000 $ pour réparer le ponceau à la suite
de l’évaluation du sentier par l’ingénieur (drainage, ponceaux, état de la surface) l’automne dernier. Il restait peu de temps pour utiliser le financement d’environ
125 000 $ de la Route Verte avant la fin de l’exercice financier de mars 2018. La réparation du grand ponceau près de Moorehead Road et huit autres travaux ont été approuvés en novembre 2017 et le travail a commencé immédiatement. Tous les fonds inutilisés auraient dû être retournés, ce qui aurait éliminé, pour la MRC, la possibilité de demander un financement additionnel par l’entremise du MTQ en 2018. Un rapport de travail devait être soumis en janvier 2018.
 Deux soumissions ont été soumises pour le grand ponceau du chemin Moorehead, mais l’offre la plus basse, 40 000 $, présentée par Art Fleming and Sons, n’a pas été acceptée. Selon M. Lance, il y avait « plusieurs éléments
non conformes » dans cette soumission et la MRC a consulté un avocat pour savoir si elle pouvait être acceptée malgré tout. « Nous voulions vraiment l’accepter, mais nous ne pouvions pas », a déclaré M. Lance, notant que le fait
de retourner en appel d’offres n’était pas une option raisonnable à ce moment-là.  Au moment d’aller sous presse, la MRC n’avait pas confirmé ce qui était non
conforme.
La MRC attend maintenant l’ingénieur qui a conçu le projet pour venir voir le site.
« Nous espérons que le problème sera réparé rapidement et sans frais
supplémentaires pour le MRC », a déclaré Mme Toller.
Entre-temps, des barricades ont été placées autour du trou du sentier et un détour a été établi.               
                             (Tr. LT)