Frais à venir pour les rebus de jardin?

0
28

Allyson Beauregard
 

Allyson Beauregard
 
MRC PONTIAC ­– Tom Orr, ancien propriétaire de Tom Orr Cartage Construction (TOCC) à Shawville, a assisté à la réunion du Conseil des maires le 20 juin pour livrer des nouvelles alarmantes concernant la gestion des résidus de jardin. À la suite d’une inspection effectuée il y a environ un mois, le ministère de l’Environnement a avisé le site de transfert Shawville/Clarendon le 19 juin que non seulement le site ne pouvait plus accueillir d’herbe, de broussailles ou de feuilles, mais que ces matériaux doivent également être déplacés vers un site d’élimination autorisé.
« Pendant neuf ans, ces matériaux étaient acceptables, et maintenant tout à coup, ce n’est plus le cas », a expliqué M. Orr. Il a ajouté ne pas être en mesure de trouver un changement dans la règlementation. M. Orr a vendu son entreprise, mais les nouveaux propriétaires lui ont demandé de les aider à résoudre le problème, étant donné sa connaissance approfondie de la gestion des déchets. Il croit que le site de Shawville/ Clarendon n’est que le premier à recevoir les
nouvelles et que d’autres seront bientôt confrontés à un dilemme similaire, ce qui sera coûteux et pourrait causer des difficultés pour les résidents.
« Après neuf ans, les gens se sont habitués à devoir payer pour se débarrasser de leurs déchets. Il en coûtera une fortune pour éliminer quelque chose dont les revenus n’ont pas été collectés », a déclaré M. Orr, notant que la plupart des sites de transfert acceptent ces matériaux sans frais. La décision entre en vigueur immédiatement et l’entreprise dispose de 30 jours pour enlever l’amas de matériel.
« C’est un changementbrutal qui met beaucoup de pression sur les propriétaires.
Il devrait y avoir une sorte d’intégration progressive », a-t-il ajouté, en déclarant que l’enlèvement des matériaux accumulés et des futurs débris pourrait coûter jusqu’à 100$ la tonne s’ils devaient être transportés à Lachute, ce qui équivaut à environ 100 000$ pour déplacer ce qui et déjà sur place.
« Cela peut coûter autant que des ordures ordinaires », a-t-il dit, soulignant l’empreinte carbone créée par le transport des matériaux ailleurs. Sur le site de Shawville/Clarendon, l’amas était retourné de temps en temps dans le but de créer
de la terre végétale ou du compost.
Le centre de tri de Pontiac à Litchfield accepte les branches, les arbres et les arbustes au taux de 26,25 $ la tonne (excluant le transport), mais pas l’herbe, les feuilles ni les autres déchets de jardin.
« Ce type de décision occasionne des dépenses importantes pour les petites entreprises et il met une pression énorme sur les municipalités parce qu’elles n’ont pas budgété pour cela », a déclaré M. Orr au Journal.
Mme Sandra Murray, mairesse de Shawville, a déclaré que, si les résidents sont obligés de payer pour se débarrasser de ces matériaux, ils se retrouveront dans des fossés plutôt qu’à la bonne place. « S’ils ont d’autres déchets, ils pourraient les jeter en même temps », a-t-elle averti.
La préfète Jane Toller a déclaré qu’elle en parlerait à André Fortin, député de Pontiac,  et que la situation sera évalué  avec l’aide du Service de l’ environnement de la MRC, des membres de la FQM et de M. Orr.
L’entreprise TOCC attend maintenant les directives de la MRC et de Shawville/
Clarendon pour savoir quoi faire. Jusque-là, ils continuent d’accepter les matériaux. M. Orr a conclu en disant: « Peut-être que c’est juste un malentendu, mais, pour moi, le message semblait vraiment clair. »         
                           (Tr.LT)