La CCN consulte les résidants de Pontiac

0
23

Mo Laidlaw (tr. L. T.)

Mo Laidlaw (tr. L. T.)

MUNICIPALITÉ DE PONTIAC – Le samedi 14 juin, la Commission de la Capitale nationale tenait une consultation publique avec les résidants de la Municipalité de Pontiac au centre communautaire Marcel Lavigne de Luskville et une cinquantaine de citoyens participaient à la rencontre, dont la majorité des membres du conseil municipal. Le maire Roger Larose a dit espérer que cette rencontre         marquait le début d’un   nouveau partenariat avec la CCN. Le directeur général adjoint, Benedikt Khun, dans une brève introduction, a fait remarquer que 45% du parc de la Gatineau se   trouve dans la Municipalité de Pontiac, dont le lac Philippe et le    lac La Pêche. Mais,                en même temps, le parc      est coupé du reste de   la MRC des Collines. Il         voit régulièrement une trentaine de voitures dans la stationnement des chutes de Luskville et il a même vu un orignal à partir du bureau municipal.
Tout le monde a été un peu surpris d’entendre le Dr Mark Kristmanson, le directeur général de la CCN, nommé à ce poste en février dernier, ouvrir la rencontre en déclarant   qu’il voulait connaître les préoccupations des citoyens et leurs commentaires. Les relations entre la CCN et la Municipalité n’ont pas     toujours été au beau fixe, les principaux points de   discorde étant l’utilisation des chemins municipaux dans le Parc par les motoneigistes et l’absence d’une entrée principale      au Parc du côté sud. Plusieurs personnes sentaient que la CCN se préoccupait peu des résidants de la Municipalité.
Chemin Eardley-Masham
Ruby Ewen a fait la première intervention pour exprimer son inquiétude à propos du chemin Eardley-Masham et la grande densité de poids lourds qui empruntent ce chemin, souvent à haute vitesse « mettant en danger les conducteurs et les marcheurs. Ils n’avaient pas l’habitude d’utiliser ce chemin ». Ce chemin est sous la responsabilité du ministère des Transports. M. Larose a fait remarquer que des entrepreneurs de Pontiac ont des carrières à La Pêche, mais a suggéré que la limite de vitesse soit abaissée.
Sheila McCrindle, de l’Association équestre de Pontiac abondait dans le même sens: « La piste équestre emprunte une partie du chemin Eardley-Masham. Il faut que la sécurité des utilisateurs non automobiles soit aussi assurée ».
Achat de terrains
Jacques Lizotte du secteur du lac Beauclair, près de Masham, s’est plaint du fait que la CCN achète des terrains et bloque un chemin municipal: « On ne peut plus se rendre au lac William (?) à partir de La Pêche. Marie Boulet, la directrice du Parc de la Gatineau, a donné l’assurance que la CCN ne cherche pas à agrandir les frontières actuelles du Parc, mais tente d’acquérir les propriétés situées à l’intérieur du Parc quand elles sont en vente. M. Lizotte pense que les arbres matures devraient être récoltés, mais Mme Boulet a fait remarquer que, dans un parc, les arbres ne sont pas perturbés.
Un parc de conservation
Le Dr Kristmanson a fait remarquer que, si vous comparez les photos aériennes de 1970 avec celles d’aujourd’hui, une grande partie des terrains qui entourent des espaces verts sont maintenant occupés par des    résidences. Deux éléments mettent de la pression sur le parc de la Gatineau: l’utilisation par les visiteur, qui vont à l’encontre des préoccupations des biologistes qui veulent protéger les populations de loups et de lynx (qui contrôlent les populations de castors et de chevreuils). Tom Tracey déclarait que les castors constituent une nuisance et que la route 148 a dû être fermée quand un barrage de castor a cédé, emportant la route: « À chaque année, dans le passé, on trappait les castors ». Selon le Dr Kristmanson, les connaissances des résidants sont très importantes. Si on protège les populations de lynx et de loups, ils vont, en retour, contrôler les castors (quoique les humains doivent parfois intervenir).
Mme Boulet a expliqué qu’il est difficile d’établir un équilibre entre l’accès public au parc et sa protection. Le parc de la Gatineau est le parc le plus utilisé en Amérique du Nord.
Les sentiers non autorisés causent des    problèmes, surtout dans les secteurs fragiles comme les falaises. Elle a fait remarquer que la CCN a travaillé avec les groupes d’alpinistes (après avoir essayé de les bannir) afin de trouver des endroits pour l’escalade tout en protégeant les secteurs les plus sensibles, et cette démarche semble bien réussir.
Éric Lalonde s’est informé du lien qui existe entre le CCN et le nouveau secteur en développement (Domaine des Chutes) au nord du bureau municipal. M. Larose a précisé que ce secteur se trouve en dehors des limites du Parc et qu’il est zoné résidentiel depuis 1978.
Jean Amyotte, tout en précisant qu’il s’exprimait comme résidant et comme membre du Club Quad "et non comme conseiller",  expliquait que "le chemin lac Curley est un chemin municipal menant de La Pêche à Pontiac. Ce chemin est bloqué à cause d’une inondation causée par un barrage de castor. La CCN devrait permettre la circulation des motoneiges, des chevaux et des piétons pour encourager le tourisme et l’économie". Un autre résidant précisait que ce chemin sert d’accès aux pompiers.
Le Dr Kristmanson a suggéré qu’un groupe de travail soit formé pour étudier cette question.
Gary Lacey, le nouveau directeur exécutif du "Capital Stewardship" à la CCN a déclaré qu’il mettrait sur pied un comité consultatif et organiserait une cueillette d’information sur ce sujet en août prochain. Richard Jennings, un membre du conseil d’administration de la CCN et ancien conseiller de Aylmer, qui demeure près de chemin Terry-Fox/Baillie, s’est déclaré prêt à participer à ce comité.
Mme Boulet a conclu la rencontre avec une liste des projets courants dans la Municipalité
– Fournir l’accès aux sites d’alpinisme tout en protégeant 80 espèces menacées et leur environnement (une responsabilité légale de la CCN).
– Reconstruire le pont au ruisseau Chartrand cet été pour que le sentier équestre puisse être réouvert entre le chemin Pilon et le stationnement des chutes de Luskville (ce pont a été emporté par la crue il y a sept ans).
– Stabiliser la pente au stationnement de la chute Churchill Hill, chemin Eardley-Masham. Un important glissement de terrain s’y est produit il y a deux ans.
– Ajouter du gravier sur le chemin d’accès aux chutes de Luskville, afin de les rendre accessibles au printemps et à l’automne.
– Améliorer la piste des chutes de Luskville et la signalisation. Les visiteurs se perdent dans les sentiers, ce qui encourage la création de sentiers non autorisés. Elle a aussi mentionné une consultation en cours (sur le site web de la CCN) sur la gestion des sentiers, en ajouter de nouveaux et réduire les sentiers non autorisés.
– La tour à feu ne sera plus utilisé pour les           télécommunications. On a suggéré d’y aménager une tour d’observation.
La CCN dispose de quelques bâtisses qui pourraient servir de kiosques d’information. La CCN a consulté le maire sur l’emplacement possible de ces kiosques.
Si vous êtes intéressé à vous joindre à un comité de travail, contactez Ben Kuhn, directeur général adjoint de la Municipalité, au: kuhn.benedikt@municipalitepontiac.com