Intimidation, l’échec des adultes

0
29

Une question épineuse que ce nouveau fléau qui touche nos enfants et qui peut parfois avoir des conséquences désastreuses si rien n’est fait à temps. Les plus graves étant bien sûr le suicide ou la dépression pour ceux qui la subissent.

Une question épineuse que ce nouveau fléau qui touche nos enfants et qui peut parfois avoir des conséquences désastreuses si rien n’est fait à temps. Les plus graves étant bien sûr le suicide ou la dépression pour ceux qui la subissent. Pour ceux qui la font subir, 60 % d’entre eux seront des délinquants à l’âge adulte. Il semble qu’environ 10 % de nos enfants en sont victimes et vivent parfois un enfer quotidien sans que personne ne le remarque et la proportion est plus élevée au secondaire parce qu’il y a évidemment moins de surveillance puisqu’on pense que les ados sont déjà des adultes. Constat d’échec sévère. Alors qui doit en être responsable?
Certains tireront à boulets rouges sur l’école et les parents devenus trop laxistes, d’autres blâmeront l’État pour l’abandon d’un sens civique ou patriotique et de valeurs autoritaires, d’autres enfin diront que le recul de la religion en est sûrement la cause. Je pense que chaque adulte est responsable et qu’individuellement et à tout âge c’est notre rôle d’éducateur et notre responsabilité. Chaque action que nous faisons doit être perçue comme un modèle pour le jeune, mais aussi chaque inaction est perçue comme un abandon de pouvoir et c’est sûrement là que le problème se concentre. Les adultes à l’école, les adultes parents, à tous les niveaux de la communauté, nous devons nous mobiliser pour tenir notre rôle d’éducateur.
Tout le monde s’entend à dire que l’intimidation est une maltraitance et qu’elle est l’expression d’un pouvoir. Le pouvoir jubilatoire de celui qui oppresse le faible parce qu’il se sent plus fort que lui. Le pouvoir est une arme tout aussi dangereuse qu’un pistolet ou qu’un couteau. Le transfert de pouvoir du monde des adultes vers celui des jeunes est notre responsabilité à tous. Un parent qui pense bien faire en fournissant un téléphone intelligent à son enfant doit comprendre que ce téléphone pourra devenir une arme d’intimidation. La tablette qui sert à aider à faire ses devoirs sera peut être la porte d’entrée à un monde virtuel de torture pour un autre jeune. Sans un pouvoir de contrôle exercé par des adultes vigilants, le transfert de pouvoir est le terreau de comportements à risque dans une société individualiste et désocialisée comme celle que nous avons créée.
Arnaud de la Salle