Initiative alimentaire locale à l’hôpital du Pontiac

0
7

L’hôpital de Shawville a servi mercredi un repas entièrement composéd’ingrédients produits localement. Cette réalisation, qui a nécessité la collaboration de plusieurs organisations, s’inscrit dans le cadre d’un effort continu visant à introduire davantage de produits locaux dans les assiettes des personnes soignées dans les établissements administrés par le CISSSO.

Nikki Buechler

SHAWVILLE – L’hôpital du Pontiac était un lieu de célébration mercredi, alors que le personnel a servi aux patients leur premier déjeuner d’origine locale. Créer une chaîne d’approvisionnement fiable pour offrir aux patients des aliments cultivés localement demande beaucoup d’efforts – entre la ferme et l’assiette, il y a beaucoup de pièces mobiles. « Nous traitons avec les agriculteurs, les inspecteurs du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) et l’abattoir du Pontiac ; ensuite, notre personnel prépare les aliments. Il y a un sentiment de fierté car cette réalisation est le fruit de la participation de la communauté. Les patients apprécient également de savoir que leur nourriture a été produite localement », explique Joanne Dubois, coordonnatrice du programme au CISSSO (Coordinatrice des services alimentaires du CISSS de l’Outaouais).

Le déjeuner du mercredi consistait en un plat de veau, suivi d’un crumble aux pommes.

« Nous nous sommes procurés 16,5 kg de cubes de veau produits localement, et le dessert a été réalisé à partir de 60 kg de pommes provenant de Coronation Hall », confirme Mme Dubois. « Notre programme nourrit les gens de l’Hôpital du Pontiac, du CHSLD Pontiac, du CHSLD Mansfield et du Manoir Sacré-Cœur. »

L’initiative de miser sur les fruits et légumes fait partie d’un effort continu au CISSSO. « En ce moment, notre programme de services alimentaires s’approvisionne à 49 % au Québec »,
confirme Mme Dubois. « C’est déjà un pourcentage élevé, comparé à d’autres établissements similaires, mais nous allons nous efforcer d’augmenter cette moyenne ; nous visons 53-54% l’année prochaine, et bien que nous soyons heureux d’utiliser les ressources provinciales, nous voulons créer des ouvertures pour les agriculteurs locaux, car nos patients apprécient de savoir que nos voisins ont produit les aliments qu’ils mangent. Cela renforce la confiance dans nos aliments et montre notre engagement à offrir des possibilités aux producteurs locaux. Notre communauté est plus forte parce que nous nous occupons les uns des autres, et c’est l’une des façons dont nous pouvons reconnaître cette contribution ».

Le CISSSO est en partenariat avec Équiterre et la Table agroalimentaire de l’Outaouais. Le MAPAQ a fourni le financement, et les inspecteurs travaillant pour l’organisation jouent un rôle déterminant dans l’identification des producteurs locaux. « Il y a une logistique à mettre en place », admet Mme Dubois.

« Nous avons la chance d’avoir beaucoup de personnes dévouées qui travaillent dur pour que cela se produise. Le soutien et l’appréciation que nous avons reçus ont été très encourageants. Le déjeuner était délicieux, mais les commentaires que nous avons reçus ont été particulièrement gratifiants. »

Après la conférence de presse, les participants ont eu l’occasion de visiter le marché fermier organisé par l’hôpital de Shawville, en face du centre d’accueil. Les producteurs locaux le Jardin éducatif et Les Serres Paul Amyotte figuraient parmi les vendeurs, exemples remarquables d’aliments de haute qualité produits dans la région.