Grève du Front commun et loi 86

0
25

Arnaud de la Salle

Fort-Coulonge – C’est le 9 décembre dernier que le Front commun a exercé son droit de grève au sein de la fonction publique québécoise.  Les écoles de la région ont été fermées, que ce soient au sein de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (CSHBO)

Arnaud de la Salle

Fort-Coulonge – C’est le 9 décembre dernier que le Front commun a exercé son droit de grève au sein de la fonction publique québécoise.  Les écoles de la région ont été fermées, que ce soient au sein de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (CSHBO)
ou de la Commission
scolaire Western Québec (CSWQ). Il en va ainsi pour différents services québécois protestant contre les mesures d’austérité du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Dans le Pontiac, plusieurs manifestations et rassemblements en bordures de la 148 ont eu lieu.  
Dans le domaine de
l’éducation, les cinq
commissions scolaires de l’Outaouais, incluant les deux commissions scolaires présentes sur le territoire de la MRC Pontiac, soient des CSHBO et le CSWQ ainsi que la Commission scolaire Western Québec, ont annoncé lors d’un point de presse qu’ils font front commun contre le projet de loi 86 qui prévoit l’abolition des élections scolaires. 
Pourtant le projet de loi 86 ne prévoit pas l’abolition des 72 commissions scolaires québécoises, mais celles-ci seront appelées à faire des économies d’échelle en regroupant leurs services. 
Les commissions resteront celles qui gèrent les opérations scolaires, notamment le transport des élèves par autobus  mais il n’y aura désormais plus de commissaires scolaires élus à leur tête. Ceux-ci seront remplacés par un comité composé de parents, de personnel des écoles et de membres de la communauté. Ces personnes, contrairement aux commissaires à l’heure actuelle, ne seront pas rémunérées. 
La commission scolaire des Portages de l’Outaouais(CSPO) étant membre de la Fédération autonome de l’enseignementdont la SEO  fait partie, a participé à 3 journées de grève, les 9, 10 et 11 décembre. Cette grève a affecté 375 000 étudiants dans Montréal, Laval, le sud des Laurentides et l’Outaouais. L’Association des enseignants et enseignantes de l’ouest du Québec ne fait pas partie de cette centrale syndicale FAE, c’est pourquoi ces enseignants n’ont fait grève que le 9 décembre.
Le contentieux entre les syndicats et le gouvernement bloque toujours sur la question de la retraite qui passerait de 60 è 62 ans pour les enseignants ainsi que sur la revalorisation des salaires. Le gouvernement fait valoir le fait que si les demandes syndicales étaient acceptées, le retour au déficit serait inévitable et le gouvernement ne peut le concevoir. Pour lui une offre à 5.3% sur 5 ans est juste et couvre l’inflation, en y ajoutant l’augmentation de 1% de cette année, cela équivaut à
6.3 % sur 5 ans. Pour M. Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor, l’offre du gouvernement est généreuse : « Avec notre offre personne ne sera
pauvre, » a-t-il affirmé.