Fusion de la CSHBO

0
15

François Carrier


François Carrier

Le projet du ministre de l’Éducation Yves Bolduc de réduire de 72 à 46 le nombre de commissions scolaires a été dénoncé par de nombreux intervenants du domaine  scolaire, dont la présidente actuelle de la  Commission scolaire des Haut-Bois-de- l’Outaouais, Diane Nault. Dans un communiqué, celle-ci s’est dit inquiète du plan qui a été dévoilé et qui prévoit que l’Outaouais n’aurait maintenant qu’une seule commission scolaire francophone. Selon ce qui semble se dessiner, le ministre de l’éducation Yves Bolduc regrouperait l’ensemble des commissions scolaires de  l’Outaouais  pour en former une seule. Les quatre commissions scolaires actuelles de la région incluant la Commission scolaire des Haut-Bois- de-l’Outaouais seraient regroupées en une seule entité. Déjà des doutes concernant cette réforme sont émis par plusieurs représentants du milieu. Depuis quelques années, certaines écoles du Pontiac ont fait l’objet de rumeurs de fermeture. « Les écoles en milieux ruraux pourraient être laissées à eux-mêmes et on se demande qui va défendre leurs intérêts, les régions comme le Pontiac vont perdre de l’influence politique », affirme Diane Nault. Plusieurs représentants des commissions jugent que la confusion et le manque d’analyse entourant cette grande réorganisation, risquent d’avoir des conséquences dans les services offerts aux élèves.
Une deuxième fusion pour le Pontiac
Rappelons que le projet du ministre Bolduc n’est pas sans rappeler la fusion subie par la commission scolaire du Pontiac il y a plus d’une dizaine d’années. Cette fois, les pontissois devront vraisemblablement se résoudre à vivre une fusion encore plus importante. Par contre, certaines personnes interrogées, comme l’ancienne députée provinciale du Pontiac, croient qu’il ne s’agit pas nécessairement d’une mauvaise         nouvelle. « Nous, on est déjà passé à travers les effets négatifs d’une fusion, on a
probablement plus à gagner dans une nouvelle   entité », explique Charlotte L’Écuyer.
Le ministre des Forêts, Laurent Lessard, a clairement affirmé qu’il était contre les regroupements. Selon le ministre Bolduc, le projet de fusion des commissions scolaires pourraient permettre des économies allant jusqu’à 1 million de dollars.