Forum sur les préoccupations du VED

0
121

Clifford Welsh
Initiative de journalisme local

THORNE – Une réunion présentée comme une « rencontre » par le groupe nouvellement formé « Amis du Pontiac » a eu lieu à la salle municipale de Thorne le 16 novembre. Vingt-cinq citoyens intéressés, y compris la préfète de la MRC Jane Toller, étaient présents et ont entendu des préoccupations concernant la proposition de la MRC de construire un incinérateur de déchets énergétiques sur le site de l’ancienne usine de pâte à papier à Litchfield.

La soirée a commencé avec Remo Pasteris, membre du comité, qui a établi les règles de base de l’événement et a présenté les trois principaux conférenciers.

Tout d’abord, Jennifer Quaile, conseillère et pro-mairesse de la municipalité d’Otter Lake, a commencé par décrire son expérience en tant qu’agente d’évaluation de projet au gouvernement fédéral. Elle a dit que son expérience lui a permis de voir des failles dans la façon dont le projet d’incinérateur proposé était présenté au public. Mme Quaile siège également au comité de gestion des déchets de la MRC et a déclaré qu’elle était de plus en plus consciente que le comité n’avait pas son mot à dire dans la prise de décision concernant le projet. Mme Quaile a décrit comment elle s’est efforcée de s’éduquer en utilisant des études universitaires crédibles sur des projets similaires et a remarqué qu’il y avait un grand écart entre ce qu’elle lisait et ce qui était présenté par la préfète de la MRC. Elle a dit que les questions qu’elle a soulevées à la MRC et dans les forums publics ont été accueillies par la préfète Toller avec un refus de reconnaître la validité de ses préoccupations.

Ensuite, Linda Davis a décrit son expérience antérieure en tant que conseillère municipale à Ottawa et a souligné l’importance d’un gouvernement ouvert et transparent. Elle a souligné que les chiffres ne sont pas réalistes, qu’il s’agisse de la quantité de déchets nécessaires pour rendre le projet réalisable, de la volonté d’autres régions de transporter leurs déchets ou des coûts d’exploitation prévus. Mme Davis a remis en question la réalité des affirmations faites par la préfète Toller sur tous les aspects du projet et a exhorté les citoyens à faire de la recherche afin qu’ils puissent poser des questions éclairées sur un problème aussi percutant.Enfin, Remo Pasteris a décrit son expérience de travail pour Agriculture Canada avec une formation en technologie d’évaluation environnementale et sa formation scientifique.

Il a décrit les inconvénients potentiels et réels des systèmes d’incinération qui ont été expérimentés par des installations aux États-Unis et en Europe qui, à son avis, ne sont pas reconnus par la préfète à l’heure actuelle.

Les questions posées aux conférenciers par le public ont montré différents niveaux de sensibilisation aux détails du projet proposé. Un niveau élevé de préoccupation a été exprimé au sujet de l’ouverture du processus au public et du fait qu’un niveau accru de transparence dans la gouvernance est nécessaire. Christine Anderson, membre du Comité, a clôturé la réunion en encourageant tout le monde à rester engagé dans l’éducation et la promotion des entreprises coopératives pour préserver et améliorer notre environnement.