Élections scolaires en novembre

0
32

Laurent Robillard-Cardinal
 
Les dernières élections scolaires remontent à six ans et les électeurs ont maintenant six mois pour se préparer à voter à nouveau. La prochaine élection aura lieu le le 2 novembre 2014 du côté francophone et le 4 novembre 2014 du côté anglophone.

Laurent Robillard-Cardinal
 
Les dernières élections scolaires remontent à six ans et les électeurs ont maintenant six mois pour se préparer à voter à nouveau. La prochaine élection aura lieu le le 2 novembre 2014 du côté francophone et le 4 novembre 2014 du côté anglophone.
Suite à l’adoption de la nouvelle carte électorale, les élections scolaires en Outaouais se dérouleront de manière quelque peu différente. Pour la commission scolaire Western Quebec School Board, les changements apportés    feront en sorte que le nombre de postes de commissaires passera de 19 à 11. « Les changements au nombre de quartiers ont été adoptés, sans objections, ce printemps », dit M. Lamoureaux, directeur général de WQSB.
Les élections avaient été reportées pour permettre la restructuration des   commissions scolaires suite aux coupures du gouvernement. Le gouvernement péquiste avait fait l’annonce en 2012 après que le gouvernement libéral précédent eut reporté indéfiniment ces élections en 2011. Les commissions scolaires du Québec avaient espéré que le gouvernement jumelle les élections scolaires et municipales, mais le gouvernement n’a pas pu le réaliser.
« La tenue d’élections simultanées, en novembre 2013, était un défi, mais un défi qui aurait pu être     surmonté », dit le président de l’Association des      commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ), David D’Aoust. Les commissions scolaires sont d’avis que des         élections simultanées augmenteraient la participation qui est normalement assez basse. Le taux de  participation aux élections scolaires de 2007 était plutôt faible, surtout du côté des commissions scolaires francophones. En Outaouais, ce taux a été de 13,3% alors qu’à la grandeur de la province il était de 7,8%; dans les commissions      scolaires anglophones, le taux était de 16,9%.
Non seulement le taux de participation était bas, mais les candidats eux-mêmes étaient rares. Des 19 postes à WQSB, 16 ont été comblés par acclamation. Considérant ce manque d’intérêt, l’ACSAQ, qui représente neuf commissions scolaires anglophones dont la WQSB, compte encourager des candidats potentiels à se présenter aux élections 2014. Toutefois, il n’est pas dit comment on compte y arriver.
« L’ACSAQ souhaite renouer notre rendez-vous avec nos électeurs. Nos écoles sont des pierres angulaires de nos communautés. Ces communautés ne devraient pas avoir à attendre davantage pour l’occasion d’élire ses représentants scolaires », ajoute M. D’Aoust. Les élections de novembre prochain ne seront donc pas jumelées aux élections municipales mais le gouvernement provincial travaille à ce que cela puisse se faire aux élections de 2017.
(Trad.: CB)