Deux annonces « historiques »?

0
27

Deux annonces qualifiées d’historiques ont eu lieu dans le Pontiac dans les derniers jours.

Deux annonces qualifiées d’historiques ont eu lieu dans le Pontiac dans les derniers jours. Après plusieurs mois de travail, le député provincial de Pontiac André Fortin a annoncé la mise en place du groupe tactique d’intervention pour la relance économique du Pontiac et quelques heures plus tard, 13 représentants municipaux sur 18 ont opté pour un préfet élu au suffrage universel.
Deux jours historiques? C’est la formule utilisée par la mise en place du groupe tactique et le lendemain c’était aussi employé pour le vote menant à
un préfet élu par la population. Deux annonces très importantes certes, mais l’histoire se fera lorsque les résultats seront au rendez-vous. Reste que ce sont effectivement de bonnes nouvelles et j’ajouterais dans le cas de la mise en place du groupe tactique un « collant » sur le bulletin d’André Fortin. Il s’agit de ressources concrètes affectés au Pontiac, on n’a pas que parlé ici, le gouvernement provincial a posé un geste. C’est rassurant, puisque depuis, mon arrivée dans le Pontiac, j’ai vécu deux élections provinciales, ce qui m’a donné la chance de m’entretenir avec Philippe Couillard, l’ancien ministre pour l’Outaouais dans le gouvernement Marois, Stéphane Bergeron, un représentant de la CAQ ainsi qu’Amir Khadir de Québec Solidaire. Tous sans exception ignoraient plusieurs faits propres à la réalité de la MRC de Pontiac. La relation et l’engagement du gouvernement du Québec envers le Pontiac pourrait connaître une évolution intéressante.
Dans la même semaine, on a aussi appris que les électeurs pourront désigner leur préfet. Bonne nouvelle pour la démocratie, les maires, dont le tiers ont
été élus par acclamation, n’auront plus à vous imposer un des leurs. Qu’est-ce qui pourrait changer? La première chose c’est que le préfet est redevable directement aux électeurs. Maintenant, vous aurez votre mot à dire. La personne élue aura plus de temps à consacrer et pourra établir une vision, avec des résultats à atteindre. En fait, la décision du préfet élu au suffrage universel pourrait même jouer un rôle dans le développement économique… selon votre choix. Reste qu’on a maintenant 125 élus (en comptant le préfet, les conseillers et les maires)et,  si j’ajoute les deux députés, on est à 127. Ce qui veut dire que nous avons deux élus de plus que l’Assemblée nationale à Québec (125). Je vous le dis, pour 14 000 personnes, c’est une situation ridicule. Merci à Rapides-des-Joachims qui a réduit son nombre de conseiller de 6 à 4, bel exemple à suivre.
Ni le préfet élu, ni le groupe tactique d’intervention ne changeront la situation à court terme. Il faudra que tout le monde y mette du sien. Les électeurs devront faire les bons choix et pas juste pour le préfet.
Il y aura 18 maires et 106 conseillers à élire. Les organisations offrant des
services à la population devront aussi être vigilantes pour faire des suivis constants sur leurs résultats. Les structures se transforment pour que vous puissiez y agir et influencer leurs priorités, profitez-en.

Francois Carrier