Des bijoux et de l’art textile d’une rare qualité

0
33

Tanya McCormick, à la gauche, et Sayward Johnson

Arnaud de la Salle



Tanya McCormick, à la gauche, et Sayward Johnson

Arnaud de la Salle

Vendredi 15 août dernier se tenait dans les murs de la Galerie de l’école en pierre de Portage-du-Fort le vernissage de l’exposition de deux artistes d’une grande maturité artistique. Tanya McCormick et Sayward Johnson sont deux jeunes femmes qui n’en sont pas à leur début et cette exposition en réunissant leurs œuvres respectives crée une force et une dimension particulière à ce thème qu’elle partage et qui est le cuivre.
Tanya est une artiste autodidacte, qui a commencé à réaliser ses premiers bijou il y a déjà vingt ans, à l’age de huit ans. Ses bijoux sont confectionnés à partir de fils de cuivre brut auquels elle ajoute des pierres semi-précieuses. Le cuivre est façonné à la main puis poli ou patiné pour lui donner un aspect ancien selon les modèles. À noter qu’elle est aussi membre de la Coopérative des arts visuels et métiers d’art Outaouais (CAVMA), membre du conseil des Arts d’Aylmer et de l’AAP et qu’elle enseigne et participe au comité d’organisation de l’´École des arts du Pontiac à Portage-du-Fort. En 2013, elle a pour la première fois exposé au salon Mega Art de Gatineau, et cette année elle participe à quinze expositions de même envergure.
Sayward a étudié l’art en Nouvelle Ecosse et est originaire de Boston. Elle vit aujourd’hui à Chelsea et profite d’une bourse d’art octroyée par la ville d’Ottawa. Elle crée ses œuvres en tissant des fils de cuivre à la manière d’un textile en utilisant un métier à tisser ou bien en les tricotant en dentelle. Ses toiles ainsi confectionnées sont ensuite patinées et mises en cadre. Les couleurs produites par l’oxydation de la patine sont vives et tranchantes. Les motifs tissés et le relief confèrent à ces œuvres une grande originalité et la patine leur donne un aspect très naturel.
Pour compléter cette richesse cuivrée, il ne faut pas oublier de mentionner qu’à l’étage de la galerie était aussi exposées des œuvres textiles appartenant à une exposition itinérante intitulée Synthèse II, qui pendant trois ans a sillonné les routes pour nous présenter des artistes ontariens et québécois qui s’adonnent à l’Art textile. Un florilège de couleurs, de textures et de techniques témoigne de la diversité et du dynamisme de notre communauté artistique canadienne.
Une exposition qui mérite d’être vue et qui souligne l’excellent travail de l’AAP et que ses bénévoles proposent dans cette pittoresque Galerie de      l’école en pierre.