Dépenses des Conservateurs – Le député Ravignat s’indigne

0
14

Arnaud de la Salle

Ottawa – Le député a été mis au fait que VIA Rail a dépensé plus de 100 000 $ pour des matchs du Canadien, alors que les cadres de Postes Canada en ont dépensé

Arnaud de la Salle

Ottawa – Le député a été mis au fait que VIA Rail a dépensé plus de 100 000 $ pour des matchs du Canadien, alors que les cadres de Postes Canada en ont dépensé
200 000$. Il s’est levé en Chambre afin d’exiger des explications du gouvernement conservateur sur ces dépenses inappropriées. « Depuis l’époque de Chuck Guité et les Libéraux qui distribuaient des billets à gauche et à droite, il n’y a pas grand-chose qui a changé à Ottawa, finalement.», a martelé le député.
Mathieu Ravignat est indigné de constater que des cadres de deux organisations fédérales utilisent des fonds publics à des fins personnelles pour un montant supérieur à 300 000 $. M. Ravignat a interpellé les membres de la Chambre des communes à ce sujet : « Comment les conservateurs justifient-ils ces pratiques dignes du scandale des commandites? »,  a-t-il fustigé.
La ministre du Parti Conservateur Canadien Lisa Raitt lui a rétorqué : « Il est tout à fait inacceptable que VIA Rail ait pu utiliser des fonds publics pour acheter des billets pour des matchs sportifs. Cette pratique a d’ailleurs cessé. »
Ces dépenses pour
l’année 2013/2014 surviennent alors que Postes Canada coupe des postes et les services aux citoyens. «Plus de 200 000 $ pour leurs billets de hockey, c’est indécent!  Le gouvernement conservateur impose aux Canadiens et Canadiennes des coupures et se permet en plus de dépenser leur argent pour faire plaisir aux amis des cadres de deux grandes sociétés » s’offusque le député, porte-parole pour le Conseil du trésor et qui a longtemps siégé au comité parlementaire qui traite de l’éthique. Il demande au gouvernement d’adopter un règlement qui assure que ces pratiques soient interdites dans tous les ministères, agences et corporations de la Couronne pour qu’il en soit fini des ces gaspillages.