Démission du CA – Association Maison Bryson

0
34

Arnaud de la Salle

Mansfield – Le 25 mai 2015 – L’Association de la Maison culturelle George Bryson se retrouve sans administrateurs ce matin à la suite de la démission en bloc du conseil d’administration lors de la réunion mensuelle tenue vendredi dernier.

Arnaud de la Salle

Mansfield – Le 25 mai 2015 – L’Association de la Maison culturelle George Bryson se retrouve sans administrateurs ce matin à la suite de la démission en bloc du conseil d’administration lors de la réunion mensuelle tenue vendredi dernier.
L’inaction du conseil municipal de Mansfield-et-Pontefract a suscité la démission des administrateurs qui attendaient, depuis le 31 mars, la
position officielle de la municipalité sur la vision de développement de la Maison Bryson qui lui avait été présentée le 25 février dernier.
Ce plan de développement est en partie le fruit d’une étude professionnelle de positionnement réalisée par le muséologue Dominique Dufour en 2014. Il vise principalement à récupérer les grands espaces occupés actuellement par la bibliothèque municipale et la Société généalogique du Pontiac « La clé du passé » afin de rentabiliser la Maison Bryson et d’alléger le travail des
bénévoles qui mettent en moyenne 1 600 heures par année à préserver et faire vivre ce joyau patrimonial situé au cœur du pôle touristique du secteur
centre-ouest du Pontiac. La Maison Bryson a été retenue par Tourisme Québec comme point
d’intérêt important sur la future Route touristique de l’Outaouais « Les chemins d’eau ».
Pour effectuer les
rénovations nécessaires des bâtiments et aménager les terrains afin d’améliorer la qualité visuelle des paysages le long de la 148, l’Association a fait toutes les démarches auprès des bailleurs de fonds et
des professionnels en la matière.
En fait, l’Association a obtenu près de 100 000 $ en subventions depuis 2010 pour aménager une cuisine professionnelle, financer l’étude Dufour, réaliser un plan d’aménagement paysager et remédier au problème urgent de la toiture qui coule depuis deux ans.
La participation aléatoire et le peu d’encouragement de la part de la municipalité, qui en est la propriétaire, furent le coup de grâce pour le C.A. vendredi alors qu’il devait prendre des décisions urgentes
concernant l’ouverture de la maison à temps pour le début de la saison touristique et qu’il apprenait que l’architecte était toujours en attente des informations requises de la municipalité pour poursuivre les travaux de réparation du toit.
Le Journal a contacté la présidente du CA Madame Nicole Calvé.
N’y avait-il aucun moyen de négocier ?  Hélas il s’agit de notre dernier recours. Un poste sur le Conseil d’administration de l’Association était réservé pour un membre du Conseil. Personne ne s’y est intéressé. Nous avons réussi  à réunir Madame la maire et quelques conseillers le 25 février dernier pour leur présenter notre projet de développement mais aucun suivi n’a été reçu de leur part. J’ai
personnellement contacté le bureau de Madame la maire sans recevoir aucun retour d’appel. Face aux décisions à
prendre pour la saison qui s’en vient à savoir allons-nous ouvrir le salon de thé dans une salle où le plafond coule ? Allons-nous accepter la subvention du
gouvernement fédéral et  embaucher un étudiant pour l’été ainsi qu’un chef de cuisine dans ces conditions ? Que faire de notre beau projet de rentabilité ? Devant le peu de support que nous avons reçu  nous n’avons eu aucune autre alternative.
Notre décision est-elle définitive et irrévocable ? Je dirais que la balle est dans le camp de la municipalité. Compte tenu que la Maison George Bryson est située sur la route 148, donc bien visible pour tous les visiteurs de la région, elle est un attrait pour la région. Compte tenu que la Maison Bryson a été retenue par Tourisme Québec comme point d’arrêt important sur la future route touristique de l’Outaouais ‘Les chemins d’eau’, il serait réellement dommage que la région du Pontiac se prive de ce site historique exceptionnel qui
pourrait devenir la plaque tournante du tourisme dans le Pontiac.