Conclusion des assemblées publiques de la VED

0
59

Les assemblées publiques de la VED concluent — « Ne gâchez pas notre petit morceau de paradis sur terre »

Bonnie James et Dale K. Shutt

MRC DE PONTIAC – Les deux dernières assemblées publiques présentant le plan d’affaires initial du projet valorisation énergétique des déchets (VED) ont eu lieu à Campbell’s Bay le 9 avril et à Otter Lake le 10 avril, concluant ainsi une série de cinq réunions.

CAMPBELL’S BAY
Il n’y avait que 130 personnes présentes, ainsi que la préfète Jane Toller et les maires Corey Spence (L’Isle-aux-Allumettes), Jean-Louis Corriveau (Calumet), Alain Gagnon (Bryson), Lynn Cameron (Portage), Raymond Pilon (Campbell’s Bay) et des conseillers.

Toller a ouvert en indiquant qu’il n’y a que deux options pour traiter les déchets municipaux : un site d’enfouissement ou un incinérateur VED. Plus tard, elle a mentionné l’intention de la MRC de lancer de meilleurs programmes de compostage et de recyclage pour réduire les déchets solides jusqu’à 50%. De nombreux participants ont noté qu’une véritable économie circulaire – réduire, réutiliser, réparer, remanufacturer, recycler et recycler – pourrait éliminer le besoin de solutions coûteuses comme un VED.

Questions et plus de questions
Les émissions toxiques semblaient figurer en tête de liste de questions. Un agriculteur de Waltham craint que le public ne soit réticent à acheter son bœuf nourri à l’herbe en raison des perceptions sur les émissions toxiques de la VED.

Un ingénieur et ancien coordonnateur de la conformité environnementale chez Plasco (une société de production de plastiques) a déclaré que les informations partagées avec la communauté ne représentent pas suffisamment les risques d’incinération. Elle a noté le manque de fiabilité des épurateurs utilisés pour nettoyer les émissions, une opinion soutenue par un ancien travailleur du pétrole.

Une autre personne a fait référence à un rapport selon lequel des millions de personnes en France ont été averties par l’autorité sanitaire française de ne pas manger d’œufs de poulets de basse-cour en raison de la pollution chimique « pour toujours », à savoir les dioxines et les furanes, provenant de l’incinérateur VED de Paris. Toller a déclaré qu’ils ne construiront qu’un VED sûr, notant que Paris a presque 30 ans et est actuellement en cours de rénovation, ce qui est nécessaire tous les 30 ans.

D’où vient l’argent ?
De nombreuses questions ont été posées sur le financement, Toller assurant que les impôts ne seraient pas augmentés pour le payer. Jennifer Quaile, une conseillère d’Otter Lake, a remis en question l’affirmation de Toller selon laquelle des subventions sont disponibles auprès de la Banque canadienne de l’infrastructure et du Fonds de croissance du Canada, affirmant qu’il s’agit de possibilités d’investissement et non de subventions. Elle a également remis en question la revendication de la MRC d’éventuelles subventions par l’entremise du Fonds québécois pour les changements climatiques ; appuieront-ils un projet qui produit d’abord du carbone avant d’avoir besoin de l’éliminer ?

Josey Bouchard, conseiller de Campbell’s Bay et membre de Pontiac Voice, a remis en question l’affirmation selon laquelle les millions de tonnes de cendres produites seraient vendues pour produire des revêtements routiers et des matériaux de construction alors qu’un incinérateur à Québec ne peut actuellement pas trouver suffisamment d’acheteurs pour ses cendres.

Lorsqu’on lui a demandé ce qui ferait que le conseil abandonnerait le projet, Toller a répondu que cela se produirait si un vote du conseil des maires de la MRC montrait une majorité contre.

Meilleure information nécessaire
Des suggestions ont été faites pour rendre le projet plus transparent : un document juridique signé indiquant qu’aucun membre du conseil ou parent n’en bénéficierait ; la présence d’une personne ayant des connaissances plus techniques aux réunions futures ; et un référendum aux prochaines élections.

Toller était d’accord avec la première suggestion, mais a déclaré que les experts qu’ils ont consultés vivent à l’extérieur du Canada. Elle a affirmé qu’un référendum ne fournirait pas une représentation valide de l’opinion publique en raison de la faible participation électorale, ce qui a suscité une réaction très négative de la foule.

OTTER LAKE
Lors de la dernière réunion à Otter Lake, près de 80 personnes y ont assisté, ainsi que les maires Corey Spence et Terry Lafleur (Otter Lake).

Toller a examiné un article de journal local de juillet 2008 : « L’incinérateur pourrait être opérationnel d’ici l’automne 2009. » Il devait être situé sur la septième ligne à Shawville. À l’époque, la MRC produisait 20 000 tonnes de déchets par année. Après avoir introduit le recyclage, il est maintenant tombé à 5,000 tonnes. L’installation visait à traiter entre 40 et 100 tonnes de déchets par jour, ce qui aurait servi les besoins de la MRC et de la Municipalité de Pontiac, un partenaire. Toller visait à souligner que l’incinération est envisagée par la MRC depuis des années.

Cependant, lorsque le Journal a communiqué avec l’ancien maire de Shawville, Albert Armstrong, pour lui demander pourquoi le projet de 2008 n’avait pas eu lieu, il a déclaré que le gouvernement provincial l’avait rejeté en raison de problèmes environnementaux.

Après le prononcé de M. Toller, le maire Lafleur a annoncé qu’Otter Lake travaillait à l’étude de son propre plan de gestion des déchets et qu’une assemblée publique aura lieu pour l’exposer et consulter les résidents. Le public a applaudi.

Toller a affirmé que la construction de l’installation VED justifierait que le gouvernement provincial mette plus d’argent dans les routes locales.

Un résident a demandé qui paiera pour le manque à gagner s’il n’y a pas assez de déchets pour respecter le quota contracté de l’incinérateur. Spence a émis l’hypothèse que les frais de pourboire seraient augmentés pour accommoder, encourageant davantage les municipalités à réduire leurs déchets.

Ensuite, quelqu’un a demandé quel organisme environnemental surveillerait l’installation. Spence a affirmé qu’il y aura une surveillance par une tierce partie et Toller a déclaré que les lectures de l’incinérateur seraient constamment accessibles au public via un grand écran à l’extérieur de l’installation et sur une application. Le ministère de l’Environnement surveillerait les données de l’installation et la fermerait en cas de problème.

Jen Montague de Thorne a déclaré que toutes les offres d’emploi sur le site Web de Covanta (une entreprise qui exploite des incinérateurs) sont destinées aux ingénieurs de puissance et aux opérateurs de systèmes ; des emplois indisponibles pour ceux qui sont aux prises avec le chômage et le sous-emploi dans le Pontiac. Toller répond que des emplois de cols bleus et de métiers seront également nécessaires.

Le message général entendu à Otter Lake était que le Pontiac n’est pas le bon endroit pour un incinérateur. Les résidents ont fait valoir qu’il devrait être situé au centre des villes près de la majeure partie des déchets ; il est plus logique d’y expédier la petite quantité de déchets du Pontiac que l’inverse.

Linda Davis, militante anti-VED, a demandé à Spence et Toller s’ils étaient prêts à abandonner le projet maintenant qu’ils ont entendu le public. Toller a commencé à répondre, mais a été coupé par quelqu’un criant : « Le message est NON ! », qui a commencé un chant de « NON ! NON! NON !».

Après la réunion, le Journal a demandé à Toller quelle était la prochaine initiative de la MRC. Elle a dit qu’ils commenceront à trouver des fonds pour le prochain plan d’affaires et continueront à fournir de l’information au public.